Les relations de dépendance entre croissance économique et équilibres écologiques

21 septembre 2009 - Posté par Alain Grandjean - ( 0 ) Commentaires

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0
Capture d'écran du film "Le syndrome du Titanic"
Credit : Capture d'écran du film "Le syndrome du Titanic"

Paru dans les cahiers de Friedland, par Alain Grandjean le 01/09/08 (Voir en ligne avec d’autres publications du CVE)

« L’humanité a inversé son rapport à la nature en pensant « mettre au pas » cette dernière grâce à la science et à la technique. Une raison économique en est aussi la cause : les limites de notre système comptable.

Le paysan du Danube savait que sa survie dépendait entièrement de la nature ; il ne faisait dépendre de son travail et de son ingéniosité que les progrès de sa condition. Il savait ou a minima sentait en quoi il dépendait de la météo, du bon état des sols, du comportement des « nuisibles », petits ou gros… Nous avons perdu ce bon sens originel pour plusieurs raisons inter-agissantes. Et nous nous croyons indépendants de la nature ; plus exactement, nous agissons comme si nous adhérions à cette croyance extravagante.

Les faits sont têtus, dit le proverbe, et l’évidence de notre lien de dépendance nous prend aujourd’hui littéralement à la gorge. Inutile de s’attarder sur ce qui est maintenant bien connu : l’humanité est confrontée à des périls écologiques majeurs qui « font système ». Le changement climatique, si nous continuons à l’alimenter par nos émissions croissantes de gaz à effet de serre, a des conséquences écologiques bien documentées et massives : montée des eaux, accroissement de l’intensité des événements climatiques extrêmes, fonte des glaciers et perturbation des régimes hydrologiques des grands fleuves, désertification, érosion de la biodiversité, perte de productivité des agro écosystèmes… Les conséquences économiques et sociales sont potentiellement effroyables : famines, manques d’eau, migrations climatiques, conflits. Ce changement climatique vient aggraver une situation écologique déjà reconnue comme tendue : manques d’eau, érosion de la biodiversité, épuisement annoncé * Il est aussi auteur de : Le plein s’il vous plaît, Le Seuil, 2006 (avec Jean-Marc Jancovici) et Environnement et Entreprises, Village Mondial, 2006 (avec Dominique Bourg et Thierry Libaert). Les Cahiers de Friedland n 2.qxp 01/09/2008 17:30 Page 29 es Cahiers de Friedland n° 2 – 2ème semestre 2008 30 des ressources halieutiques, pollutions encore lourdes notamment dans les pays émergents et en développement… »

 Tout l’article dans le pdf ci-après (cliquez sur « plein écran) ou en téléchargement ici.

Laisser un commentaire

journal

Bibliothèque et papiers de référence