Compte bancaire : faut-il suivre l’appel d’Eric Cantona ?

7 décembre 2010 - Posté par Alain Grandjean - ( 2 ) Commentaires

Catégories :
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0
FRANCE-FILM-FESTIVAL-CANNES-LOOKING FOR ERIC

Par ces temps de risque systémique et d’attaques spéculatives des marchés financiers, il ne semble pas très raisonnable d’en rajouter. Si tous les citoyens retiraient leur argent de leur compte il en résulterait une crise majeure : on sait bien que les banques ne disposent que d’une petite part des comptes courants de leurs clients en billets.

Il pourrait être envisagé comme alternative de transférer son compte et/ou son épargne d’une banque considérée comme « non-vertueuse » vers une banque considérée comme « vertueuse ». C’est le sens de la campagne des Amis de la Terre. (http://www.financeresponsable.org/) Il s’agit de faire pression sur les banques pour qu’elles cessent de financer des projets irresponsables au plan social et environnemental. On peut considérer que c’est une réaction à minima vis-à-vis des banques, à l’origine de la crise économique qui a frappé des millions de gens.

Certaines banques européennes pourraient considérer que cette attitude est injuste, voire téléguidée par les banques anglosaxonnes…La crise est venue des excès de la finance américaine. L’affaire Kerviel, aussi choquante soit-elle, n’a pas créé l’onde de choc générée par les subprimes. « Punir » les banques européennes seraient inadapté voire contreproductif.

Certains pourraient dire que cette initiative est vouée à la marginalité : les banques « vertueuses » ou les fonds d’investissement socialement et environnementalement responsables sont très minoritaires. On ne voit pas du tout comment transférer les sommes considérables qui sont placées dans les fonds classiques vers les fonds « ISR »…En outre il n’est pas facile de savoir ce qu’est un investissement socialement et environnementalement responsable. Enfin sommes-nous prêts, en tant qu’épargnant, à perdre en rendement ce que nous gagnons en sens ?

Pour autant, il me semble que la voie ouverte par cet appel mérite d’être creusée. De nombreux réseaux se penchent aujourd’hui sur les mystères de la création monétaire, sur l’intérêt de monnaies complémentaires, voire se demandent s’il ne pourrait être possible de créer une banque responsable. (Voir l’association Chômage et Monnaie, le blog Création Monétaire, le documentaire l’Argent Dette, le Collectif Richesse, le réseau Bankster, l’association ADEDJean Bayard, …et plein d’autres) Cette nouvelle attitude devant l’argent ouvre des perspectives : on pourrait envisager un vrai débat public sur la question des droits et des devoirs des banques, sur les régulations à mettre en place, sur la nécessité de limiter la taille des banques pour laisser la place à des réseaux plus humains….autant de débats aujourd’hui laissés aux spécialistes.

Dans les banques classiques, les équipes « développement durable » et ISR commencent à être entendues parce qu’il y a une demande des clients pour ce type de produits et de démarche. De plus en plus de nos concitoyens veulent donner du sens à leur épargne et éviter qu’elle serve à « détruire la planète » ou à aggraver les fossés sociaux. Au sein des banques, les risques pris à financer l’augmentation de la facture climatique (en finançant des énergies fossiles) commencent tout doucement à être pris en considération.

Essayons de transformer l’essai : il est utile de faire pression sur les banques, il est utile de leur demander des comptes sur la manière dont elles gèrent notre argent, il est utile de demander aux pouvoirs publics et aux régulateurs d’imposer la fin des paradis fiscaux. Il est indispensable que soient mises en place de règles du jeu qui cessent de favoriser les établissements « too big too fail » qui ne s’empêcheront pas de faire du chantage à la faillite pour demander que les Etats financent leurs pertes. Et pour ensuite demander rigueur budgétaire et austérité pour limiter les déficits publics.

Le mouvement citoyen qui se dessine en faveur d’une réappropriation de l’argent et de la monnaie est sans doute amené à faire évoluer en profondeur le système financier qui nous a mis dans le mur.

Laisser un commentaire

2 Responses to “Compte bancaire : faut-il suivre l’appel d’Eric Cantona ?”

  1. Bonjour,

    A propos de cette partie : \De nombreux réseaux se penchent aujourd’hui sur les mystères de la création monétaire, sur l’intérêt de monnaies complémentaires, voire se demandent s’il ne pourrait être possible de créer une banque responsable\

    Le sujet est bien plus profond que ça. Ces pistes là ne creusent pas à la racine du problème.

    On peut se demander quel NOUVEAU SYSTEME MONETAIRE peut se développer qui permette la liberté individuelle, la non allégeance à un centre de pouvoir, tout comme internet est très différent dans sa structure de production et d’échange d’information.

    La piste à creuser est surtout celle de : quelle création monétaire est légitime pour placer l’homme au centre de l’économie et des prises de décision, et non des structures de pouvoir pyramidales.

    Les Banques, l’Etat, ou l’Homme ?

    C’est très différent comme problème, et comme piste de solution !

    • Bonsoir
      Nous sommes bien d’accord le sujet est important et bien plus que les quelques allusions que j’ai faites dans ce post. J’y travaille avec l’association chômage et monnaie (voir http://www.chomage-et-monnaie.org) depuis presque 20 ans. Mon objectif était juste ici de mentionner qu’il y avait de nombreux réseaux travaillant sur ces sujets. La question centrale qui se pose à nous est de faire prendre conscience à nos concitoyens qu’il est possible de faire évoluer la situation en commençant par comprendre les mécanismes de base. Des actions d’ampleur apparemment limitées peuvent avoir un effet de levier car elles permettent cette prise de conscience puis faire tâche d’huile, et pour poursuivre la métaphore monter en mayonnaise.
      bien à vous
      AG

journal

Bibliothèque et papiers de référence