Arrêter la dérive climatique détruira du capital financier Savons-nous vraiment faire nos comptes ?

12 mai 2013 - Posté par Alain Grandjean - ( 4 ) Commentaires

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0
iledepaque-lecons

Nous avons vu dans ce post  que les réserves prouvées d’énergie fossile sont environ 4 fois supérieures à notre «  budget carbone » d’ici 2050, si nous voulons rester en-dessous d’une hausse de 2 degrés. Dès lors 80 % de ces réserves prouvées ne valeraient rien puisqu’elles ne pourraient être exploitées.

Une étude récente de  l’ONG Carbon Tracker détaille cela. Elle  précise les chiffres en fonction des hypothèses d’augmentation de température et des échéances (2050 et 2100). Elle étudie la répartition des réserves entre acteurs privés et Etats (qui en détiennent la majorité). Elle s’intéresse aussi au flux de capitaux engagés pour augmenter ce niveau de réserves. Dernier point, elle montre en quoi les espérances qu’on peut mettre dans le captage stockage géologique du CO2 ne modifient pas fondamentalement la donne. 

La conclusion est sans appel. La valeur en bourse des entreprises « fossiles »   et la valeur du patrimoine public pour les Etats propriétaires de réserves fossiles s’effondreraient si on décidait de garder sous terre ce qui est pour eux un  actif, une richesse, stratégiques. On comprend que les actionnaires de ces entreprises et les dirigeants de ces Etats ne se pressent pas pour reconnaître l’origine du changement  climatique en cours.

Bref arrêter la dérive climatique, c’est-dire sauvegarder un précieux capital naturel entraîne la destruction de capital financier. Nous avions déjà vu dans une série de posts que la comptabilité actuelle ne représentait pas correctement les enjeux collectifs auxquels nous sommes confrontés.  On se rappelle que dans notre Ile de Pâques imaginaire [1] un « Enarque ne sachant pas compter » gérait en bon père de famille les ressources naturelles stratégiques de cette ile (la forêt et les poissons). Qu’un « Enarque sachant compter » et pilotant l’activité économique avec le PIB et le CAC40 comme boussoles, accélérait la destruction de l’ile et conduisait ses habitants à une mort sans phrases.

Changeons vite de boussole. Retrouvons le nord avant de subir le sort de toutes les civilisations disparues avant la nôtre. A ce propos un livre passionnant vient de sortir sur ce sujet : La véritable  richesse, une économie du temps retrouvé[2].

Il montre dans la suite du livre de Tim Jackson[3] qu’il faut remettre en cause notre credo de la croissance, viser une économie de la plénitude ; et il est plein d’exemples d’initiatives qui vont « dans le bon sens ». Bref retrouver le bon sens c’est possible. Il faut juste laisser tomber nos livres de comptes et leur préférer sans  doute les bons  livres de contes…

————————————————————————–

[1] Voir Jean-Marc jancovici et Alain Grandjean, C’est maintenant, 3 ans pour sauver le monde, Le Seuil, 2009

[2] Par Juliet B. Schor, sociologue au Boston College, livre publié chez ECLM, avril 2013. Voir

http://www.veblen-institute.org/La-veritable-richesse

[3] Prospérité sans croissance, De Boeck, 2010

Laisser un commentaire

4 Responses to “Arrêter la dérive climatique détruira du capital financier Savons-nous vraiment faire nos comptes ?”

  1. Bonjour,

    La lutte contre le changement climatique et l’éclatement de la « bulle carbone » détruiraient du capital mais feraient surtout cesser le détournement vers le secteur des énergies fossiles de fonds qui peuvent être mieux employés ailleurs. C’est d’ailleurs le sens de l’étude de carbon tracker qui, dans une perspective beaucoup plus classique que la votre, met en avant le gaspillage du capital (« wasted capital ») et les pertes de rémunération des actionnaires.

    En tout état de cause, c’est, à mon avis, une erreur de lier lutte contre le changement climatique et destruction de capital, cela sous-entend que la correction serait évitable. Auriez-vous écrit la même chose au sujet de la bulle immobilière ou de la bulle internet ?
    Les responsables d’une bulle financière sont ceux qui y investissent sans considérations pour la réalité, pas la réalité.

    • Bonjour ED
      Cette étude attire l’attention sur les conséquences de la lutte contre le changement climatique en termes de capital financier des entreprises « fossiles ». IL n’est évidemment pas question d’en tirer argument pour ne pas accélérer cette lutte! Cela fait comprendre de la puissance des intérêts en jeu (les pétrolières ont beaucoup d’actionnaires!!!) et bien sûr devraient conduire la communauté financière à mieux apprécier ce « risque » pour elle et ses mandants. C’est d’ailleurs l’un des objectifs du projet Riskergy auquel Carbone 4 participe. Ce sera une manière de « mieux faire nos comptes »….
      Je vous remercie de votre remarque car elle montre qu’en effet on pourrait interpréter ce propos « à l’envers ».
      Bien à vous.
      AG

  2. « ne valeraient » ?, effet de style ?

  3. J’aime la photo de l’ile de Pâques pour le parallèle avec une catastrophe passée.

    Je pense qu’il serait bon de sensibiliser les acteurs économiques sur des notions d’histoires. Durant les siècles passée, la croissance n’a pas toujours été au rendez vous… loin de là. Il est des périodes où la population a baissée drastiquement par manque de claire voyance. J’ai une légère intuition selon laquelle la crise des années 1300 (famine + guerre de 100 ans + peste) qui a vue la population diminuer de 30% est une peu une crise énergétique.

    A cette époque basée sur le bois et non le pétrole, mais avec des similitudes comme 200 ans de croissance ininterrompues. L’avantage à l’époque, c’est que le bois repousse (pas le pétrole) et que le bilan carbone était neutre.

    A méditer !

journal

Bibliothèque et papiers de référence