Bercy : des comptables qui ne savent pas compter, la preuve en 4 exemples

21 juillet 2013 - Posté par Alain Grandjean - ( 8 ) Commentaires

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0
ministere-des-finances-bercy

Le pouvoir de Bercy est de notoriété publique : le grand jeu de ces hauts fonctionnaires est de savoir combien de temps il leur faudra pour mettre au pas le ministre de l’Économie et des finances…

 Concernant l’actuel, Pierre Moscovici, le jeu n’aura pas duré très longtemps. Il a rapidement compris qu’il ne fallait pas se compliquer la vie. Son projet de loi sur la séparation bancaire, préparée avec les banques et la direction du Trésor, en est une preuve suffisante [1].

Les fonctionnaires de Bercy ont le pouvoir [2]. Dont acte. Leur job c’est de compter. Dont acte. Ce sont donc les comptables qui nous dirigent. Dont acte. Mais savent-ils compter ? Rien n’est moins sûr. Il se trouve qu’une nation n’est pas une entreprise et que l’application de préceptes microéconomiques à la macroéconomie, la doctrine actuelle des néoclassiques qui règnent à Bercy, ne marche tout simplement pas. Exemples.

 

1- Les  3% : une marotte sans fondement, stupide et anti-sociale

 

Qu’il faille gérer avec soin l’usage de nos impôts, éviter des dépenses clientélistes ou simplement inutiles, aucune personne sensée ne le conteste. Que le bon objectif de déficit public soit 3% au plus du PIB, il est de notoriété publique que c’est sans fondement [3].

 

Qu’il faille réduire les dépenses publiques dans la période actuelle pour viser un objectif de 3% de déficit public, c’est en plus stupide. La démonstration complète se trouve dans ce bon papier de Guillaume Duval. Tout tient dans l’effet multiplicateur des dépenses publiques (qui a fait couler un peu d’encre quand le FMI a reconnu son erreur à ce sujet). Autrement dit 1 point de PIB de restriction budgétaire entraîne probablement une perte de l’ordre de 1,5 point de PIB d’activité économique [4] et des pertes de rentrées fiscales. Du coup le ratio qu’on cherche à améliorer (déficit/PIB) se détériore !

 

Rappelons que la Cour des Comptes anticipe un déficit de 4% du PIB pour 2013 (après un déficit de 5,3% en 2012). Si l’obsession maladive du 3% n’avait pas été au pouvoir, et si par exemple avait été visé un déficit de 3,7 (soit 16 milliards d’euros de restriction budgétaire au lieu des 30 milliards qui ont été engagés) nous aurions probablement eu 1 point de PIB d’activité en plus cette année. Et l’objectif aurait été atteint…L’agence de notation Fitch aurait peut-être gardé le triple A. Et nous aurions eu 300.000 chômeurs de moins. Cette obsession (partagée pour des raisons inexplicables par nos dirigeants) est donc non seulement stupide mais anti-sociale.

 

Gageons pourtant que nos « comptables ne sachant pas compter », mais également sourds et aveugles, vont poursuivre leur sinistre besogne. Ils vont demander des efforts supplémentaires pour 2014. Le résultat est prévisible [5] : plus de chômage et de détresse sociale, un vote de l’extrême-droite croissant et, cerise sur le gâteau, la perte du « doubleA+ » ; les agences de notation constatant que le pays n’est toujours pas sur la voie du redressement…

 

2- Infrastructures, climat social et compétitivité

 

Dans cette bien trop longue période de récession et face à l’augmentation des impôts, le MEDEF demande, c’est son rôle, des baisses des charges pesant sur les entreprises. La priorité pour eux c’est la compétitivité de nos entreprises, créatrices de richesses et d’emploi.

 

S’il est assez clair au plan économique qu’il est de bonne guerre économique de ne pas surcharger les entreprises soumises à la concurrence internationale, il faut faire bien attention à la notion de compétitivité d’un pays. Cette notion n’a rien d’évident. On se rappelle même que pour les économistes classiques comme Ricardo, elle n’avait pas de sens. Ce qui comptait à ses yeux c’était l’avantage comparatif : si le Portugal est relativement plus efficace que l’Angleterre dans le vin par rapport au textile, il faut qu’il se spécialise dans le vin. Peu importe qu’il soit, dans l’absolu, moins compétitif.

 

Les raisonnements économiques se sont complexifiés depuis mais il n’en reste pas moins que ce qui fait qu’une nation est « compétitive », ce n’est pas le niveau de ses prélèvements obligatoires, dans l’absolu.

 

En particulier, la qualité de ces infrastructures est un élément déterminant de son attractivité. Investir insuffisamment, au motif qu’il n’y a plus de sous dans les caisses, dit autrement au motif qu’on est obsédé par le chiffre fétiche des 3%, est donc de nature à réduire notre compétitivité.

 

De la même manière un climat social délétère, un manque d’espoir, un manque de débouché pour les jeunes, aucune perspective d’avenir (ce dont nos « comptables qui ne savent pas compter » se moquent, car ils seront souvent recasés chez leurs amis banquiers) c’est évidemment très mauvais pour la compétitivité de notre pays. Une nouvelle erreur de raisonnement ?

 

3- Privatisations et recettes futures

 

Pris à la gorge (les fameux 3%) notre gouvernement envisage pour financer sa rallonge au Programme d’Investissement d’Avenir de vendre quelques titres d’entreprises. Les privatisations partielles ne sont pas nées aujourd’hui. Sont-elles pour autant une bonne affaire économique ?

 

On peut vraiment en douter au plan strictement financier (nous ne rentrerons pas ici dans le vaste débat sur l’intérêt géostratégique ou politique [6] de conserver le contrôle de telle ou telle entreprise publique). Supposons qu’il ne s’agisse que de titres d’entreprises cotées.

 

1. Il n’y aucune raison que la vente se fasse au bon moment. Tout le monde sait qu’à la Bourse il ne faut pas être pressé. Dans un cas précis (celui d’EDF) l’Etat a la possibilité de manipuler le cours (en annonçant des hausses de tarifs pour faire monter le cours). Mais ce n’est pas le cas général. Donc la vente ne se fera pas nécessairement au bon moment. Il est probable que vendre en période de récession n’est pas un excellent calcul…

2. L’Etat se prive donc de recettes futures (les dividendes attachés aux titres vendus) dont on se rendra compte plus tard qu’elles manquent…et obligent à plus de rigueur. Le bilan actualisé sera alors fait, mais un peu trop tard. On se rendra souvent compte que les pertes de rentrée ne compensent pas le gain initial.

3. L’Etat a un autre moyen de valoriser ses actifs ; c’est tout simplement d’accroître les garanties qu’ils donnent. Il existe plusieurs montages qui permettent de générer du cash (certes avec un petit coût lié au mécanisme attaché à la transformation de la garantie en espèces sonnantes et trébuchantes). Pourquoi se séparer de ses bijoux de famille quand on connaît une passe difficile et ne pas se limiter à les mettre en garantie ? Ah, dogmatisme, quand tu nous tiens….

 

4- Développement des énergies renouvelables et CSPE

 

Nos comptables n’aiment pas la contribution au service public de l’électricité (CSPE). Pourquoi financer les énergies renouvelables quand on a un parc nucléaire qui peut produire encore longtemps une électricité bon marché ? Et regardez l’Allemagne ou l’Espagne, ils en reviennent car les énergies renouvelables (ENR) leur coûtent un bras. Laissons nos citoyens s’exprimer, dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, de toutes façons au moment de l’addition ils refuseront de passer à la casserole, et nous, les « comptables ne sachant pas compter », nous les protégeront de ses doux rêveurs que sont les « anti-nucléaires [11]« .

 

La réalité économique est largement plus complexe, comme l’a précisément montré le débat. Les ENR, notamment le solaire photovoltaïque, voient leur coût de revient baisser selon une belle courbe d’expérience.

5621373968989

Si la CSPE croît encore de manière significative, c’est au titre des engagements passés [8] sur lesquels même nos comptables ne peuvent revenir.

 

De l’autre côté, les coûts du nucléaire ne cessent de croître. Rappelons que l’AIE annonce qu’en 2016 au niveau mondial les ER électriques (dont l’hydraulique) produiront plus que le gaz et deux fois plus que le nucléaire. C’est donc le moment de relancer progressivement le solaire en France, pour ne pas rater une nouvelle révolution technologique mondiale. Cela peut se faire avec un impact modéré sur la CSPE (sous réserve que les prix de marche de l’électricité en Europe ne s’effondrent pas, mais c’est un autre problème. Encore faut-il donc pouvoir en parler et passer par dessus les oukazes de nos « comptables ne sachant pas compter ».

 

En finir avec la doxa ?

 

On pourrait multiplier les exemples ; comme celui des cadeaux extraordinaires faits aux banques sans véritable contrepartie.

 

Mais ces quatre premiers me semblent suffisants. En résumé, nos comptables sont les gardiens du temple, du dogme. Raisonnant à courte vue, ils assimilent la gestion de la France à celle d’une entreprise dont le cours serait coté en bourse et qui devrait donc rendre des comptes tous les trimestres. En faisant ainsi, ils finiront par mettre le pays à feu et à sang.

 

Une conclusion toute bête mais opérationnelle pour le débat national sur la transition énergétique : les évaluations macroéconomiques qui seront faites par « nos comptables ne sachant pas compter » ne doivent tout simplement pas être prises au  sérieux. On ne saura jamais comment leur beau modèle (Mésange, pour les intimes) aura été paramétré mais on ne saura que trop que, dans tous les cas, ce sera pour démontrer qu’en dehors de leur vision comptable, point de salut !

[Source : le Nouvel Obs

——————————————————————————————————————————————–

[1] Voir notre série de posts sur le sujet http://alaingrandjean.fr/2012/12/26/separation-bancaire-un-projet-a-lemporte-piece-quil-est-encore-temps-darreter/ et suivants

[2] Certains diront que le pouvoir est à Bruxelles ; si c’est vrai leurs fondés de pouvoir sont à Bercy, ce qui revient au même pour la présente note.

[3] Voir par exemple http://www.leparisien.fr/economie/3-de-deficit-le-chiffre-est-ne-sur-un-coin-de-table-28-09-2012-2186743.php

[4]Le  consensus est quand même assez large chez large chez les économistes pour estimer que le « multiplicateur » comme on dit est supérieur à 1, surtout lorsqu’on se trouve déjà en phase de ralentissement économique et que les principaux partenaires commerciaux du pays mènent eux aussi des politiques d’austérité.

[5] Voir également la note de Gael Giraud http://alaingrandjean.fr/2013/05/09/la-dette-publique-francaise-justifie-t-elle-lausterite-budgetaire/

[6] Ni dans celui très pittoresque de l’intérêt pour l’Etat de réduire sa participation dans EDF au moment où il veut s’affirmer comme un Etat stratège, qui définit la politique énergétique de la Nation…

[7] Que le monde ne soit pas manichéen et qu’il soit possible en France de prôner la diversification croissante du mix électrique sans être antinucléaire échappe en général à nos bons comptables

[8] Voir http://www.carbone4.com/fr/l_actu_de_carbone_4/pourquoi-le-photovolta%C3%AFque-est-l%E2%80%99%C3%A9nergie-renouvelable-qui-profite-le-plus-de-la. En 2020 les raccordements antérieurs à 2012 représenteront 40% de la puissance installée mais 60% de la part de la CSPE liée au solaire.

Laisser un commentaire

8 Responses to “Bercy : des comptables qui ne savent pas compter, la preuve en 4 exemples”

  1. Merci Alain !

    Comment ne pas songer à ce que W. Shakespeare fait dire a l’un de ses personnages dans « le Roi Lear »:
    « C’est le malheur des temps, les fous dirigent les aveugles ! »
    Aveugles pour la plupart… mais pas tous… notamment grâce à quelques économistes hétérodoxes… ET clairvoyants, comme ceux qui animent ce blog !

    Outre le pouvoir… « les comptables qui ne savent pas compter » disposent à Bercy de 2 atouts considérables:

    – Le Plan comptable qui détermine « ce qui compte »… (ce que les comptables comptent), et « ce qui ne compte pas ».. (tout ce qu’ils oublient, tel des écoliers distraits, qui eux du moins… peuvent être punis d’une « retenue »… lorsqu’ils en oublient une !)

    – Surtout, il est hélas impossible, pour un parti de gouvernement, de reconnaître qu’il s’est trompé ! Il faudrait d’urgence renverser la table à Bruxelles, mettre fin à une U E M contraire aux droits humains, puisque… pour sauver les créanciers… elle impose la baisse de l’espérance de vie dans les pays du Sud, (en prétendant.. « les aider », en outre).

    Les cas précèdents, en Grèce et au Portugal, c’était sous la dictature, ou pendant la guerre ! Prôner la réforme ou le démantèlement de la zone Euro depuis qu’elle a montré sa vraie nature… (celle d’une machine à creuser les inégalités et déchirer le tissu social), ce n’est pas « être contre la paix », comme le répètent en choeur euro-béats et euro-cyniques… c’est être pour !

    • Merci Raymond
      oui mais je crois qu’il faut aussi développer les nouveaux instruments et les former les nouvelles « élites », car la pensée unique est vraiment si bien installée qu’il ne suffit pas tout-à-fait de faire table rase de ceux qui en sont imbibés
      bonnes vacances; bien à toi
      alain

  2. Comment osez vous écrire que de l’autre côté le coût du nucléaire ne cesse de croître alors que le second EPR est prévu moins cher que la tête de série ? ¨
    Pourquoi l’apprentissage ne ferait que baisser le coût du PV ?

    Comparer le PV et le nucléaire : chiche ? Comment faites vous avec votre PV en hiver et la nuit ? Et oui, il faut un autre investissement.

    • bonjour PH
      vous serait-il possible de me communiquer si vous l’avez la courbe d’experience mondiale du nucléaire depuis 40 ans. c’est une info que m’ a demandé un de mes amis? en ordonnée le coût moyen du kw installé , en abscisse la puissance mondiale installée. Cela permettrait d’éclairer le débat.
      merci d’avance
      bien à vous
      ag

  3. Bonjour Alain Grandjean,

    Je n’ai pas la courbe sous la main, je sais que negaWatt a présenté une courbe de coût au kW en fonction du temps, lors du dernier scénario. Compte-tenu des variations euros-dollars-roubles en 40 ans, ne trouvez-vous que l’exercice a peu d’intérêt ?

    Pourquoi parlez-vous d’une seule courbe d’expérience ?

    La fonction va augmenter fortement car pendant 20 ans et même plus, dans certaines zones, on n’a pas construit grand chose et on a réfléchi à d’autres réacteurs, il faut comprendre qu’il n’y a pas une courbe d’expérience, mais deux : Une qui va de 1960 à 1998 et une autre qui va débuter bientôt.

    Derrière les chiffres il a la matière, on peut donner l’évolution :

    65-80 baisse car
    -passage de UNGG à REP en France
    -construction en série en France
    -économie d’échelle : réacteurs plus gros (exemple Fukushima 1 à Fukushima 2)

    Vers 85 : deux effets contraires
    baisse car économie d’échelle (de 900 à 1450 MW en France)
    hausse car double enceinte

    Redémarrage :

    EPR un peu plus cher mais garanti 60 ans ….
    AP 1000 et ESBWR moins chers car simplifié.

    Bien à vous

    • bonsoir et merci
      je parle d’une courbe car c’est bien plus simple pour « voir » les choses, et cela permet de comparer les vitesses de progrès de différentes technologies
      et je cherche vraiment une source fiable qui retraite bien les effets devises; c’est dommage que vous ne l’ayiez pas, ou pourrai-je la trouver à votre avis?
      la projection à la quelle on croit aujourd’hui m’interesse évidemment mais elle est évidemment plus discutable…comme tous les couts futurs
      mais je serai intéressé par l’avoir
      bien à vous
      ag

  4. J’adore !

    J’ai envie de parler d’histoire et pas de comptables !
    Plaçons nous à la fin du 19ème siècle, un imbécile rend l’école obligatoire et gratuite. Obligatoire et gratuite, quelle drôle d’idée ?

    C’est une perte économique pure ! Voici la démonstration :

    – Obligatoire implique que les enfants n’apporteront plus leur aide précieuse dans les champs et les usines et donc une baisse du PIB du pays. Par conséquent, moins de recettes fiscales et une compétitivité en baisse par rapport à nos voisins.

    – Obligatoire implique qu’il faudra embaucher des enseignants (fonctionnaires payés sur nos impôts ! horreur) en nombre suffisant pour s’occuper des enfants qui auraient mieux fait d’aller à l’usine.

    – Obligatoire implique qu’il faut construire une école dans chaque commune, sur fond publics.

    – Enfin gratuit implique que non seulement les enfants des pauvre auront leurs chances, mais en plus qu’il n’y aura pas de recettes en face des dépenses nouvelles.

    L’expérience n’a pas durée, car en faillite 10 ans après, la France à remis ses enfants au travail. Ah non ? Cette expérience a continué et le pays s’est enrichi ? Il doit y avoir une erreur dans mes calculs !

    Enfin, c’est une exception, investir pour l’avenir sur fonds public et via la dette n’a jamais été une bonne idée.

    Une anecdote personnelle en pour étayer un peu : il y a quelques année, mon entreprise qui développe des parcs éolien dépensait à tour de bras dans le développement de nouveaux parc. Puis des investisseurs sérieux sont arrivés : « il faut limiter la dépense ! nous ont-il dit ». On a viré des gens qui développés des parc éoliens. Les frais de personnels ont été divisés par deux : un succès ! Aujourd’hui, on recherche désespérément de l’argent, car les nouveaux parcs manquent ! Certainement qu’il faudra virer des gens…

  5. Tout cela est convaincant sauf, mais peut-être me tromperais-je encore une fois, que l’on ne peut imaginer (enfin je…),que l’Allemagne – qui a pris le parti de l’actionnaire et du banquier -et non celui de l’Europe- soit ravie à ce que nous laissions couler nos déficits et donc voir sa position de force remise en cause par son premier partenaire .
    N’est- ce pas une Europe à deux vitesses qui se réaliserait quand bien même elle serait cette fois -ci à l’avantage des pays comme la France , Espagne…
    Ou peut-on penser au contraire que c’est le seul moyen d’entrainer l’Allemagne vers l’Europe?

journal

Bibliothèque et papiers de référence