Carbone 4 a les honneurs du Canard enchaîné

18 décembre 2015 - Posté par Alain Grandjean - ( 3 ) Commentaires

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0
canard-une

Dans son analyse de la COP21 (la COP est pleine, page 5) du n° 4964 du 16 décembre le Canard nous fait un grand honneur en affirmant : 

« …L’atome, si vertueusement bas carbone a bénéficié du lobbying très efficace d’Alain Grandjean et de Jean-Marc Jancovici, fondateurs de l’agence Carbone 4, dont les clients sont EDF et Engie. Ils sont allés répétant que le nucléaire représentait « une partie de la solution… » (voir scan ci-contre)

Ce mini procès en sorcellerie mérite quelques éléments de réponse ;

1 Carbone 4, cofondée en effet par Jean-Marc Jancovici et moi-même en 2007, est une société d ‘étude et de conseil (et non une agence) qui a réalisé depuis sa création des centaines de mission pour plus de cent clients distincts (entreprises de tous les secteurs ou presque, collectivités territoriales, voire Etat (puisque nous avons fait l’INDC du Gabon…)

Extrait du Canard

Extrait du Canard

2 Carbone 4 a une excellente réputation de rigueur et d’expertise notamment dans l’évaluation de l’impact carbone[1] des entreprises, des projets, des financements et des portefeuilles d’activité, en France comme à l’international. Nous avons mis au point de nombreuses méthodologies en la matière et les avons appliquées dans de nombreux cas. Nous sommes à la pointe en ce moment avec le déploiement de la méthode Carbon Impact analytics qui permet d’évaluer le risque carbone d’un portefeuille (en agrégeant les bilans carbone des entreprises d’une part et en évaluant ce en quoi leur activités, leurs produits et leurs services en évitent)

3 EDF et Engie sont en effet clients de Carbone4 comme bien d’autres entreprises et représentent quelques pourcents de son chiffre d’affaires. L’indépendance économique et morale de Carbone4, de ses dirigeants et de ses équipes, est garantie par une répartition du chiffre d’affaires sur un grand nombre de clients. Il m’arrive par ailleurs de travailler (gratuitement en l’occurrence) par exemple pour la FNH (dont je suis membre du conseil scientifique) en participant au comité de pilotage d’une très belle étude sur le solaire PV intitulée « Solaire photovoltaïque : 25% de l’électricité mondiale bas carbone d’ici 2050 ! » réalisée par Nicolas Ott (sortie très récemment et à lire sans modération)

4 Il se trouve qu’aucun professionnel du secteur (à commencer bien sûr par les équipes de l’ADEME qui ont la responsabilité de mettre à jour la Base Carbone à partir de laquelle sont faits les bilans carbone) ni aucun scientifique qui s’est penché sur la question ne met en cause le fait qu’effectivement le contenu carbone de l’électricité d’origine nucléaire est faible (de l’ordre de 10 grammes par kWh produit, 100 fois moins que celui de l’électricité faite à partir de charbon).

Emission de carbone du kWh par type de production d'électricité

Emission de carbone du kWh par type de production d’électricité

Voir ce tableau des ordres de grandeur ci-contre.

5 Cela étant le débat sur le nucléaire ne se limite bien sûr pas à cette seule question. Il y a bien d’autres enjeux dont j’ai longuement parlé sur ce blog (sanitaires, de sécurité, de sûreté, économiques, sociaux et industriels). Il est tout aussi clair qu’on ne peut pas, dans un pays comme la France dont l’électricité (qui représente environ 25% de la consommation finale d’énergie) est effectivement bas-carbone (car elle est à 75% nucléaire et à plus de 10% hydraulique), faire comme si cette caractéristique n’existait pas. Si l’on veut atteindre l’objectif facteur 4 en 2050 (division par 4 à horizon 2050 par rapport à 1990 des émissions de Gaz à effet de Serre) il est souhaitable de bien connaître les données dont on part et les conséquences des décisions. Je reviendrai dans un prochain post sur la manière dont je pense que la question du nucléaire se pose.

6 A titre personnel je n’ai ni dit ni répété à la COP21 que le nucléaire était « une partie de la solution » ; un journaliste m’a même prêté le propos inverse…. (voir ce hors série du Monde de novembre 2015)

7 Nous sommes une société de conseil et non une entreprise de lobbying, les propos tenus par les associés n’engagent pas la société Carbone4 qui a une mission très bien définie rappelée ci-dessus.

8 Pour conclure, le simplisme sur la question énergétique et climatique incarné par ce propos d’un journaliste du canard enchaîné (d’ailleurs dans toute son analyse de la COP21) est regrettable. Rester dans le manichéisme et la confusion n’est pas de nature à nous faire avancer dans la résolution des problèmes posés.

Alain Grandjean

[1] Les gaz à effet de serre (GES) ont un pouvoir de réchauffement global qui est mesuré en Tonnes equivalent Carbone ou en tonnes équivalent CO2. Le bilan carbone d’une organisation c’est le total des émissions de GES induites directement ou indirectement par cette organisation.

Répondre à Jp Simand

3 Responses to “Carbone 4 a les honneurs du Canard enchaîné”

  1. Bonjour,
    je suis également consterné par l’ignorance dont font encore preuve de nombreux journalistes. J’ai assisté récemment à un jt de 13h sur france2 où l’on affirmait que les solutions au dérèglement climatique se limitaient à acheter des led, couper les vieilles électriques, faire son tri selectif et si possible rouler électrique. Beaucoup de journalistes ont encore 15 ans de retard dans l’analyse des problèmes. Mais Alain rassurez vous, il y a aussi des militants EELV (dont je fais partie) qui ne sont pas des anti-nucléaire primaire et qui considèrent que cette énergie fait partie des solutions pour les 20 prochaines années (en espérant tout de meme qu’aucun accident sérieux ne viendra nous nuire!). je vous remercie pour tous les livres que vous avez écrit avec JM Jancovici qui m’ont ouvert les yeux sur les ordres de grandeurs des vrais solutions, sur l’urgence et sur l’étroitesse du chemin que nous devrions suivre. Finalement entre votre discours et celui de nombreux écologistes, la seule différence significative c’est le nucléaire. Dans 20 ans lorsqu’on comparera cette querelle avec l’ampleur du défi que nous avons à relever, cette divergence apparaitra bien dérisoire. je crois savoir que le volume des déchets radioactif à vie longue est finalement assez limité : pourriez vous nous éclairer sur ce sujet?

  2. Bien que pour ma part je fasse partie, dans le sillage de NégaWatt, de ceux qui souhaitent (et pensent possible, techniquement et économiquement) une sortie du nucléaire « aussi rapide que possible » (ici, débat nécessaire), je trouve que la mise au point d’Alain Grandjean est pertinente et utile, face à un faux procès et un dossier d’accusation bourré d’erreurs factuelles. Que le « Canard » joue parfois un rôle de lanceur d’alerte très utile, qu’il dévoile de la corruption ou des compromissions, autant de choses appréciables, ne devrait pas le conduire à fabriquer de fausses preuves ou à tordre l’information. Qui croire en effet quand les dénonciateurs de tromperies nous trompent, que ce soit délibéré ou par négligence dans leur travail ?

  3. Prenez- le pour une promotion: une attaque du Canard n’arrive qu’aux célébrités 😉
    Cela dit, cela laisse dubitatif: dès qu’on connaît bien le sujet abordé de journalistes généralistes, on peut constater de graves approximations, et ce, pour beaucoup de sujets.

journal

Bibliothèque et papiers de référence