Livre – Le new deal vert mondial Pourquoi la civilisation fossile va s’effondrer d’ici 2028

28 octobre 2019 - Posté par Alain Grandjean - ( 5 ) Commentaires

Catégories :
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0
couv-new-deal-vert-rifkin

Jeremy Rifkin est un prospectiviste américain bien connu en Europe. Il est parfois considéré comme un « techno-optimiste » un peu rapide dans ses conclusions (il est connu pour avoir annoncé un peu tôt la fin du travail ou le passage à une économie hydrogène). Pour autant son dernier livre vaut le détour, même s’il est critiquable sur plusieurs aspects ce sur quoi je reviendrai à la fin de cette rapide recension. Par ailleurs, J. Rifkin a une certaine influence et une capacité à parler à des dirigeants qui n’est pas anecdotique.

Voici d’abord les points forts de cet essai.

1. Il prend très au sérieux le risque climatique au plan physique et comprend en quoi il représente bien un risque pour nos civilisations

2. Il insiste fortement sur le risque symétrique, dit de transition, celui de voir les activités économiques liées aux énergies fossiles s’effondrer (c’est le risque d’effondrement ou celui d’éclatement de la bulle carbone) pour éviter le risque physique précédent ; le délai qu’il met en avant (d’ici 2028) est court mais pas absurde, tant les tensions ne peuvent que croître dans ces activités. Il a par ailleurs le mérite de décrédibiliser le captage-stockage de CO2[1] et d’insister sur le fait que le gaz n’est pas une solution pérenne, et que c’est l’un des secteurs où les risques « d ‘actifs échoués » est le plus élevé.

3. Il présente une vision globale et une feuille de route ambitieuse ; en un mot, il a compris que nous devions faire l’équivalent d’un effort de guerre. Il comprend le rôle clef du développement des infrastructures et en l’occurrence des infrastructures bas-carbone dans le développement économique. Il chiffre les besoins d’investissements pour le cas des Etats-Unis à 9,2 trillions de dollars sur 20 ans, soit 4,6% du PIB par an ce qui est dans les bons ordres de grandeur (sachant que les infrastructures « classiques » sont dans ce pays dans un état déplorable).

4. Il fait des propositions en termes de gouvernance des entreprises et des projets, de financement, de budget et de fiscalité (il pousse la taxe carbone et la suppression des subventions aux fossiles). Soulignons trois idées intéressantes.

  • Il suggère que les organisations syndicales exercent une pression majeure sur les fonds de pension (qui gèrent les retraites des travailleurs) pour qu’ils accélèrent le désinvestissement du fossile et réinvestissent dans le bas-carbone. Embarquer ainsi les organisations syndicales me semble une excellente idée. En France où il n’y a pas de fonds de pension (à part l’ERAFP) on peut mobiliser les syndicats sur plusieurs questions de placement, à commencer par les Plans d’épargne salariale.
  • Il souhaite le développement des ESCOs, entreprises qui investissent à la place des utilisateurs d’énergie et se rémunèrent sur les économies d’énergies réalisées.
  • Il propose l’idée de gouvernance de la transition par « assemblée de pairs », composées de responsables élus, de syndicats, d’universités, d’ONG, …Il cite trois exemples d’intervention de son cabinet : Les Hauts de France, La région métropolitaine de Rotterdam et La Haye, et le grand-duché de Luxembourg. Il serait intéressant d’en savoir plus

5. Il donne une autre image de ce qui se passe et pourrait se passer aux Etats-Unis, et notamment au niveau de certains Etats et de certaines villes, par opposition à l’image donnée par Donald Trump.

6. Il n’oublie pas les enjeux sociaux et les enjeux en termes d’emploi de cette transition et c’est au fond l’un des points qui m’a le plus étonné.

Pour autant ce livre comporte d’évidents parti-pris et angles morts :

1. Il mise bien trop sur les réseaux et l’internet des objets sans discuter des difficultés et des limites (notamment en termes de consommation de ressources) de ce type de technologies quand elles sont déployées si massivement.

2. Il oublie l’agriculture, la forêt et plus généralement les écosystèmes ; il en parle très rapidement (PP112-116) mais n’y revient pas dans sa conclusion.

3. Il sous estime les difficultés de gouvernance au sein de l’Union européenne ; il montre bien qu’il va falloir recourir au levier fiscal ; mais il n’évoque pas les problèmes spécifiques posés en Europe, dès lors il semble vraiment optimiste sur ce plan.

4. Il est très (trop ?) confiant dans la possibilité des fonds de pension _qui financent aujourd’hui largement l’économie fossile_ de changer de fusil d’épaule et de désinvestir. Certes, les fonds de pension sont alimentés par les retraites des travailleurs, et à ce titre devraient intégrer les enjeux sociaux et écologiques déterminants sur l’horizon de « sortie » des placements effectués. Ils devraient également être « gouvernés » plus démocratiquement en tenant compte des intérêts éventuellement non financiers des épargnants. Pour autant à ce stade, ce sont les enjeux financiers de court terme qui dominent et, au-delà de grandes déclarations, on ne voit pas encore vraiment de mouvements de fond. Jeremy Rifkin connaît un peu le sujet suite à l’écriture d’un livre[2] et évoque en particulier avec assez de précision la règle du « prudent man rule » qui conduit à ne pas intégrer les impacts des investissements sur l’environnement au sens large. Cette règle est reliée à la loi d’obligation fiduciaire. Sauf erreur, Rifkin ne dit pas comment la faire évoluer ou la contourner.

> Retrouvez 3 courtes interviews de l’auteur sur Xerfi Canal

Le livre

Le New Deal Vert Mondial
Pourquoi la civilisation fossile va s’effondrer d’ici 2028 – Le plan économique pour sauver la vie sur Terre
Jeremy Rifkin – Les liens qui Libèrent : 16/10/2019 – 304 pages, 21,80€. Commandez le livre

Alain Grandjean

Notes

[1] En citant notamment (page 145) un article de Vaclav Smil (un excellent expert canadien) Global energy : the latest infatuations paru dans American Scientist (Vol. 99, n°3 p212) ainsi qu’un grand projet américain lancé par la Southern Company abandonné dans les années 2010.
[2] The north will raise again : pensions, politics and power in the 1980’s, écrit avec Randy barber en 1977

Répondre à philippeC

5 Responses to “Livre – Le new deal vert mondial Pourquoi la civilisation fossile va s’effondrer d’ici 2028”

  1. […] dans ces activités. Il a par ailleurs le mérite de décrédibiliser le captage-stockage de CO2[1] et d’insister sur le fait que le gaz n’est pas une solution pérenne, et que c’est l’un des […]

  2. J’avoue être toujours surpris de l’aura de Mr Rifkin. Sur l’hydrogène, où il était évident pour un ingénieur moyen que cela ne pouvait révolutionner notre monde, il s’est complètement trompé emmenant avec lui dans cette gabegie des états, des collectivités locales et des entreprises dont Toyota. Pour le reste, il prévoit la chute des énergies fossiles en s’appuyant sur la baisse des coûts de l’éolien et du solaire. Il se trompe sans doute encore. Le stock d’équipements fossiles est déjà la, que ce soit en production de pétrole, gaz ou charbon, idem pour les centrales à gaz ou à charbon ou les moteurs thermiques. Ce n’est certainement pas par un simple comparatif de coûts, qu’on peut prédire une chute aussi rapide, d’ici 2028, sur le renouvellement du capital peut être mais c’est au moins sur 40 ans. Il y a un deuxième biais. Le coût complet du renouvelable n’est certainement pas aussi compétitif qu’il le croit. Nous aurons besoin des centrales au gaz, contrairement à ce qu’il avance sur les systèmes non carbonés de stockage qui ne sont certainement pas disponible à l’échelle voulue. Ce n’est pas pour rien que l’Allemagne double son gazoduc russe et que total continue sur le gaz. Je pense en fait que Mr Rifkin n’est n’y un économiste sérieux ni un ingénieur, ce qui lui fait prendre des vessies pour des lanternes.
    La seule chose qui pourra faire disparaître les fossiles d’ici 2028 est de trois natures:
    – la taxation immédiate par tous les états développés du carbone, y compris sur les produits venant de l’extérieur
    – la prise de conscience par les citoyens de ces états du changement nécessaire radical de société: plus de vols aériens, plus de voitures thermiques, moins de viande, plus de chaudières au gaz ou au fioul, et tout ceci des 2020
    – le lancement d’un programme nucléaire mondial des 2020, pour être en mesure de fournir l’énergie électrique nécessaire au remplacement de toutes ces machines thermiques
    Le reste c’est à proprement parler se tromper de combat, repousser les échéances sur les mauvaises solutions…peut-être est-ce l’objectif de Mr Rifkin

    • Bonjour,

      Je ne suis pas expert mais il me semble que les seules énergies réellement substituables au pétrole sont le nucléaire et peut être l’hydroélectrique.
      Ce sont les 2 seules énergies qui rapidement mises en route pourraient nous aider à franchir sans catastrophe majeure le pic pétrolier. Malheureusement cela ne pourra se faire. Le reste (solaire, eolien,biomasse) n’est que foutaise en terme de rendement, de cout de construction et de maintenance/renouvellement. Malheureusement on a persuadé les populations du contraire.

    • Rifkin a eu bien raison sur l’hydrogène, avant tout le monde ou presque.
      De nos jours, les déploiements de solutions hydrogène sont quotidiens.
      Les ingénieurs sont le plus souvent des esprits conformistes.
      La plupart d’entre eux ont été endoctrinés au nucléaire sans avoir pris la mesure ni de Tchernobyl ni de Fukushima, pour ne citer que ces 2 localités tristement célèbres.
      Beaucoup d’ingénieurs ont des pensées et des propos fossiles 😉

  3. Quelques erreurs dans le raisonnement de Mr Rifkin sur le fait que les énergies solaire/éolien sont moins chères que les énergies carbonées :
    – comparer le prix d’énergie intermittentes (solaire/éolien) par rapport aux autres énergies, sans inclure le coût du stockage
    – les coûts -très bas- des panneaux solaires ne sont valables que parce que leur fabrication se fait avec des énergies fossiles.

    Donc sa vision des énergies solaire/éolien plus rentables que les énergies carbonées, en créant des actifs bloqués dans le secteur des énergies fossiles, est loin d’être une réalité …

journal

Bibliothèque et papiers de référence