Un livre événement : « Reprendre le contrôle de la dette », Lord Adair Turner, 2017
De : Alain Grandjean

Catégories :
Sortie en français du livre "Reprendre le contrôle de la dette" par A. Turner
14 Avr 2017

 Adair Turner a présenté à Paris jeudi 13 avril la traduction (supervisée par Mireille Martini) de son livre, préfacée brillamment par Gaël Giraud.

C’est la première fois qu’une personnalité issue du sérail, ancien président de l’Autorité des services financiers britanniques, actuel président de l’Institute for New Economic Thinking …, ose briser le tabou du financement monétaire[1] et en faire une voie de solution de la crise actuelle. Son diagnostic critique du fonctionnement de la finance, du rôle clef de l’endettement privé, tout comme celui de la théorie économique est remarquable. Enfin il propose une série de propositions sérieuses et tout-à-fait crédibles pour sortir de la nasse dans laquelle nous sommes et qui mène sans aucun doute au désarroi électoral actuel.

Je me permets...

Lord Adair Turner : Un homme du sérail prône une réforme radicale de la monnaie, du crédit et des banques
De : Mireille Martini

Catégories :
between-debt-&-devil-adair-turner
6 Jan 2016

Lord Adair Turner a été président de l’Autorité des Services Financiers, le régulateur britannique, de 2008 à 2013. Il est actuellement président de l’Institute for New Economic Thinking (INET), un des trop rares think tank d'économie hétérodoxe.

Son dernier ouvrage attaque frontalement le libéralisme économico-financier qu’il rend responsable de la stagnation séculaire qui menace l’économie mondiale. Il appelle à une réforme radicale de la monnaie et du système bancaire, bien au-delà des voies suivies jusqu’ici en allant jusqu'à, sous condition de strict contrôle du politique, réhabiliter la relance par création monétaire publique (Voir cette conférence vidéo au FMI). L’ouvrage, très documenté et chiffré, est écrit dans un langage simple et...

Crise financière en préparation : un ancien banquier sonne l’alarme
De : Alain Grandjean

Catégories :
FRANCE-FINANCE-AMF
30 Oct 2013

Une voix de plus se lève contre l’aveuglement des politiques publiques en matière de régulation financière ; un « citoyen » particulièrement informé.

Jean-Michel Naulot, après 37 ans de carrière bancaire et dix ans de régulation financière (Au sein du Collège de l’AMF, qu’il quitte en décembre pour retrouver sa capacité de lanceur d’alerte), profite de la fenêtre médiatique offerte par la sortie de son excellent livre « Crise financière : Pourquoi les gouvernements ne font rien » pour un cri d’alarme, un « cri du cœur ».

Le livre décrit avec rigueur les risques de « la centrale nucléaire de la finance », l’histoire récente des tentatives de régulation financière et leur (faible) avancement mais surtout, explique en quoi le système financier, aussi dangereux...

La contre-note
De : Alain Grandjean

Catégories :
La Tribune
7 Fév 2013

[Voir aussi : Le financement de l'économie française (2)] Suite à l'envoi du texte du Gael Giraud sur le projet de loi Moscovici sur la séparation bancaire, qui a été exposé ici (voir. parties 2 à 5...), voici  la réponse qui a été communiquée aux députés. Les arguments exposés sont repris  et réfutés dans les deux derniers billets de Gaël (voir. Les banques et le financement de l’économie française. en deux parties...)

Réponse à votre mail du 25 janvier 2013 :

J’espère que ma réponse vous apportera quelques éclairages. D’après  la  contribution  que  vous  m’avez  fait  parvenir,    les  mesures  de  structure  relatives  aux banques poursuivraient 5 objectifs :

1. éviter  que  la  « création  monétaire  ne  nourrisse  la...

Le financement de l’économie française (2) : les industriels et les hedge funds.
De : Alain Grandjean

Catégories :
hedge-funds-interdette
7 Fév 2013

[Voir aussi Le financement de l'économie française (1)]  Ce billet poursuit l'examen des objections rencontrées au sujet de ma petite note de synthèse (dont l'essentiel a été mis en ligne par Alain Grandjean sur ce site) sur le projet de loi Moscovici de (non-)séparation bancaire actuellement discuté par la Commission des Finances de l'Assemblée.

1. La "banque PSA"

Une objection est la suivante : 

L’article (le mien) affirme que les grands groupes industriels créent en leur sein leurs propres banques afin de pouvoir accéder aux marchés sans dépendre des banques d’investissement ; il cite l’exemple de PSA. En réalité, PSA Finance, la filiale bancaire de PSA, finance les concessionnaires automobiles et les acheteurs de voitures.L’accès au marché et les besoins de...

Les banques et le financement de l’économie française.
De : Alain Grandjean

Catégories :
Federation-bancaire-francaise-FBF
5 Fév 2013
[Voir aussi La séparation bancaire (6)] L'essentiel des billets mis en ligne par Alain Grandjean (que je remercie) sur ce site, a circulé sous la forme d'une note que certains parlementaires se sont procurée. Du coup, une "réponse" circule également, qui fait état "d'erreurs factuelles" dans la note que j'ai produite, et conclut : "Ces erreurs de diagnostic ne sont pas anecdotiques, car elles participent des paramètres qui ont guidé le gouvernement dans ses choix." Autrement dit, si je n'avais pas commis de telles erreurs, j'aurais enfin compris le sens du projet de loi Moscovici. Avant de répondre à cette accusation, qu'on me permette de rappeler deux points :
  • Frédéric Oudéa, l'actuel pdg de Société Générale, a reconnu mercredi 30 janvier, à l'Assemblée Nationale, devant les députés médusés...

Séparation bancaire (6) – Les objections du secteur bancaire.
De : Alain Grandjean

Catégories :
Oncle-Picsou-banque-604-564x261
10 Jan 2013

[Voir aussi La séparation bancaire (5)]  De l'ensemble des objections formulées par le secteur bancaire contre une scission stricte (du type GSA), trois arguments, seulement, retiennent l'attention. Le premier est faux, et les deux suivants sont exacts.

Mais l'exactitude du second, au lieu de plaider contre la séparation, fournit au contraire, une raison supplémentaire pour mettre en oeuvre le GSA. De sorte qu'in fine, seule la troisième objection prête à réflexion et invite à un véritable débat politique entre les différentes manières de scinder les banques évoquées dans la section II plus haut. Nous proposons une façon simple de résoudre cet arbitrage en maintenant la scission stricte du GSA (renforcé).

Qu'adviendrait-il si l'on faisait un vrai GSA ? Trois scénarios du pire...

Séparation bancaire (5) – L’insuffisance du projet de loi Moscovici.
De : Alain Grandjean

Catégories :
moscovici_reforme_bancaire
7 Jan 2013

[Voir aussi : La séparation bancaire (4)] Venons-en au projet de loi français.

1  La filialisation.

Le projet de loi actuel demande à chaque banque mixte de cantonner dans une filiale un certain nombre d'activités (sur lesquelles nous allons revenir derechef). Il se rapproche par conséquent de l'option Vickers en ceci qu'il tolère que deux banques de nature différente (l'une commerciale, l'autre, de marché) soient réunis dans une entité juridique unique. Pour les mêmes raisons qu'à propos de la réforme Vickers, la filialisation échoue donc à régler les problèmes 2) à 5) que nous avons mis en évidence dans un

Séparation bancaire (4) – Des différentes manières de scinder les banques.
De : Alain Grandjean

Catégories :
Glass-steagall-act
5 Jan 2013

[Voir aussi : La séparation bancaire (3)] A notre connaissance, il existe à ce jour 4 grandes options pour scinder les banques. Seule la dernière permet véritablement de répondre aux quatre dangers énoncés dans le post précédent.

La Règle Volcker (défendue par l’ancien secrétaire au Trésor américain Paul Volcker) est en voie d’adoption aux Etats-Unis. Elle interdit aux banques de spéculer pour compte propre (proprietary trading) tout en les autorisant à utiliser les dépôts pour prêter à ceux qui spéculent (hedge funds...). Elle place donc la "cloison" entre les opérations de proprietary trading et les autres. Sa force est de reposer sur une interdiction pure et simple. Sa faiblesse est qu'en pratique l'identification des opérations pour compte propre est extrêmement malaisée et sujette à...

Séparation bancaire (3) – Pourquoi faut-il scinder les banques?
De : Alain Grandjean

Catégories :
4546161-piggy-bank-scinde-en-deux-alors-que-se-tiendra-a-vice
27 Déc 2012

[Voir aussi : La séparation bancaire (2) ]

Nous allons maintenant montrer pour quelles raisons économiques et financières il faut scinder les banques. Ce texte comme les  suivants est issu d’un dossier complet sur le projet de séparation bancaire, réalisé par Gaël Giraud.

I. Les dangers du "modèle" de banque mixte.

1.A. Deux types de banques.

Il existe deux types d’activités bancaires de nature différente :

• l’une consiste à réaliser des prêts et à collecter des dépôts : dans ce rôle, les banques ne sont pas des 
intermédiaires mais les créateurs de la monnaie qui permet à l’économie de
fonctionner (d’où l’adage « les...

journal

Bibliothèque et papiers de référence