flame

Les actualités

Revue de lecture – Ce que Nature sait : La révolution combinatoire de la biologie et ses dangers 
De : Mireille Martini

couverture-ce-que-nature-sait-bouleau
19 Jan 2021

Dans son nouveau livre « Ce que Nature Sait » (PUF), le mathématicien Nicolas Bouleau se penche sur les possibilités vertigineuses offertes par la découverte de l’ADN. Il souligne que l’intense activité expérimentale qui a suivi la révolution de la biologie de synthèse se fait sans tenir compte des dangers potentiels, et en analyse les raisons. En s’appuyant sur une étude précise de ce qu’on sait de l’évolution, il démontre que le chercheur en biologie ne peut prétendre « faire ce que fait la nature ». Il apporte par là une contribution marquante à la pensée écologique, qui fonde un « respect de la nature » ancré dans la connaissance scientifique.

Présentation...

Peut-on se passer de nucléaire en France pour produire de l’électricité sans émettre de CO2 ?
De : Alain Grandjean

afriqueexpansion.com
13 Jan 2021

Suite à la publication de l’article How sensitive are optimal fully renewable power systems to technology cost uncertainty?, dans lequel nous montrons qu’un mix électrique 100% renouvelable en France ne coûterait pas plus cher qu’aujourd’hui, Henri Prévot, ingénieur général des Mines, a fait circuler le 4 janvier une note d’une page [1] critiquant vigoureusement nos conclusions. Il y met en évidence sept conditions pour atteindre l’objectif envisagé dans notre étude et affirme qu’elles sont irréalistes.

L’année 2021 sera importante sur la faisabilité et les conditions d’un mix électriques avec moins ou sans nucléaire, du fait de la publication...

Rapport Financements pour le climat – Que sont devenues nos recommandations ?
De : Mireille Martini

rapport-canfin-grandjean
16 Déc 2020

Le 18 Juin 2015, nous remettions au Président de la République le rapport « Mobiliser les financements pour le climat, une feuille de route pour financer une économie décarbonée », pour lequel nous avions été missionnés six mois plutôt . Ce travail était une commande de la France dans le cadre de sa présidence de la Cop21. Il en est ressorti une feuille de route en dix recommandations. Notre propos est ici de faire un point rapide, cinq ans après, sur ce qu’il en est advenu. Il s’agissait d’un travail collectif à plusieurs niveaux. Nous avons interrogé quelques 80 représentants d’acteurs importants de la finance climat, en France comme à l’étranger (la liste des auditions figure dans le rapport). Nous avons également travaillé sur ces recommandations avec le Secrétariat Général de l’Elysée, le...

Réponse aux critiques de Henri Sterdyniak sur le Livre « Une Monnaie Ecologique »
De : Alain Grandjean

couv-monnaie-ecologique-dufrene-grandjean
24 Nov 2020

M. Henri Sterdyniak (ci-après HS) vient de publier une analyse critique de notre ouvrage « Une monnaie écologique » publié en mars dernier aux éditions Odile Jacob. Il met au passage plusieurs personnes en accusation de ne pas « comprendre » les questions monétaires et de développer des théories « fausses », dont Gaël Giraud, avec lequel notre forte et amicale convergence de vues nous conduit à cosigner cette réponse. Contrairement à notre contradicteur, dont la méthode est pour le moins discourtoise et vise à discréditer les personnes qui sont en désaccord avec lui, nous allons ici nous consacrer à l’essentiel, à savoir la discussion du fond et pouvons remercier HS pour cette opportunité de débattre. D’autant qu’il reconnaît que nous avons...

La représentation de la question climatique par la Commission européenne. Un biais contre-productif ?
De : Billet invité

@ Jos Browning - Freeimages.com
8 Oct 2020

La Commission européenne a adopté le 9 septembre 2020 un Rapport de prospective stratégique qui est censé fournir le cadre stratégique sur lequel seront fondées les initiatives politiques de court terme notamment pour affronter les vulnérabilités climatiques. Ollivier Bodin, contributeur régulier au Chroniques de l'Anthropocène, explique dans ce post combien les chiffres du rapport concernant l’estimation du coût potentiel d’un réchauffement climatique de 3°C par rapport au niveau préindustriel souffrent d’un double biais. D’une part, ils ne prennent en compte qu’une toute petite partie des effets attendus des dérèglements sur les activités humaines. D’autre part, ils ignorent complètement l’incertitude radicale qui entoure de telles estimations en raison du caractère inédit du réchauffement. De...

journal

Bibliothèque et papiers de référence