flame

Les actualités

Sortir de « l’économie vaudoue » pratiquée par les banques commerciales
De : Alain Grandjean

2011-2020 Benoît Leblanc
18 Juin 2020

L’idée que les banques centrales puissent, par leur pouvoir de création monétaire, annuler purement et simplement les titres de dette publique qu’elles détiennent, sans conséquence négative sur l’économie, relèverait selon certains économistes de « l’économie vaudoue » [1]. A l’opposé, se trouverait la dure réalité dont ces économistes s’autoproclament les garants et qu’ils rappellent en répétant à l’envi des expressions telles que : « Une dette est une dette »; « Annuler la dette, c’est toujours en transférer le fardeau à d’autres »; « Il n’y a pas d’argent magique»; « Il n’y a pas de repas gratuit[2] » etc.

Pourtant, les banques privées pratiquent depuis longtemps cette...

Et le monde devint silencieux – Note de lecture
De : Billet invité

couv-monde-silencieux-foucart
9 Juin 2020

Stéphane Foucart est le journaliste du Monde qui traite des questions d’environnement et des controverses sociotechniques. Dans son livre Et le monde devin silencieux (2019), il mène une enquête poussée sur la question de la disparition des abeilles. Mais à travers ce sujet, il aborde deux sujets plus vastes : d’une part, les méthodes de désinformation mises en œuvre par les compagnies d’agrochimie et d’autre part, la disparition de la biodiversité.

Le titre évoque bien sûr le livre fondateur de Rachel Carson : « Le printemps silencieux » dans lequel la biologiste américaine prédisait, en 1962, la disparition brutale des formes vivantes à laquelle nous assistons aujourd’hui sous l’action des pesticides de synthèse déversés massivement dans...

Les modèles mathématiques sont-ils fiables ? Le paradoxe de la comparaison du climat, de l’épidémiologie et de l’économie 
De : Alain Grandjean

jcomp - fr.freepik.com
8 Juin 2020

Le président de la République a créé plusieurs commissions « de haut niveau », certes dans des formats un peu différents, mais qui montrent dans tous les cas sa volonté de s‘entourer de garanties scientifiques pour fonder et légitimer ses décisions aux yeux de l’opinion. Nous ne discuterons pas ici de la question du lien entre la science et la décision politique mais soulignerons un paradoxe remarquable quand on compare trois domaines d’application récente de ce dispositif : le climat (avec le Haut Conseil pour le Climat[1]), la pandémie (avec le conseil scientifique Covid-19[2] et le Comité analyse, recherche et expertise, CARE, Covid-19[3]) et maintenant l’économie avec la commission...

La dette, l’argent, le péché
De : Billet invité

Blog de Michel Santi
4 Juin 2020

Dans la lignée de la crise du coronavirus, les gouvernements ont dépensé sans compter pour faire face aux conséquences économiques et sociales des mesures de confinement et s’apprêtent à lancer des plans de relance massifs. La question de la dette « qu’il faudra bien rembourser » est donc particulièrement d’actualité. Cette problématique, indissociable de celle des modalités de la création monétaire, étant l’un des thèmes récurrents du blog des Chroniques de l’Antropocène, nous publions aujourd’hui un article de l’économiste Michel Santi. Il permet de prendre un peu de recul et de constater à quel point la vision contemporaine de la dette est particulière au regard de l’histoire. Cet article a été publié initialement sur le blog de Michel Santi en...

Ne nous privons pas de l’outil monétaire !
De : Alain Grandjean

couv-monnaie-ecologique-dufrene-grandjean
28 Mai 2020

Le débat actuel sur l’annulation possible de la dette publique détenue par la Banque centrale fait resurgir deux mantras : « il n’y a pas de repas gratuit » et « il n’y a pas de monnaie magique ». Pour les économistes qui les profèrent, il s’agit en fait de suggérer qu’il faudra bien payer pour cette dette et que l’argent créé par la banque centrale ne peut se substituer à la peine et au renoncement. Nous ne nous arrêterons pas ici aux origines religieuses et/ou morales de ces formules pour nous contenter d’observer que, contrairement à un apparent bon sens, elles sont, dans le cas présent, sans fondement empirique.

Cet article est paru initialement sur le blog Idées pour aujourd’hui et pour demain, des Editions Odile Jacob

« Il n’y a pas de repas...

journal

Bibliothèque et papiers de référence