3 priorités : la transition énergétique, l’économie circulaire et la remise de l’économie de la finance  au service de l’économie réelle. Des objectifs ambitieux mais réalisables dès lors qu’on change de lunette sur les dogmes économiques hérités des vieilles écoles d’économie. En savoir plus.

Quelques documents de référence
De : Alain Grandjean

Catégories :
critique-ceras
24 Mar 2012

Transition économique :

Critique de la raison productiviste - CERAS

Contribution Climat Energie (CCE) & fiscalité écologique

Revue "Prospective stratégique" : Green Economy et nouvelles régulations, l'économie verte et le développement durable peuvent-ils être les ressorts d'une nouvelle croissance ? Comment organiser cette bascule ? par Jacques Weber, économiste,  directeur de recherche au CIRAD. Télécharger le pdf.

Synthèse de l'étude du C.I.R.E.D. sur la fiscalité carbone en France, soutenue par l'ADEME et la CFDT-IRES

...

Pour une sixième République écologique
De : Alain Grandjean

RTS - L'auteur, Dominique Bourg
29 Oct 2011

Dominique Bourg et ses co-auteurs nous livrent un ouvrage remarquable. Pas long (moins de 200 pages) agréable à lire, solide et innovant. En voici le propos en quelques mots :

Une analyse lumineuse des contradictions entre notre système démocratique et les défis écologiques vitaux auxquels nous sommes confrontés, et la proposition d’une architecture d’ensembles et des propositions concrètes pour faire place à une sixième république où :

  • Le président a une fonction et des moyens pour incarner le long terme
  • Une troisième chambre , une assemblée du long terme, a un pouvoir d’initiative et de véto pour ce qui ressort de son champ de compétence
  • Un collège du futur composé pour moitié d’experts et pour moitié de citoyens travaille pour éclairer solidement et démocratiquement les enjeux de...

L’âge de l’empathie
De : Alain Grandjean

IBT - L'auteur, Frans de Waal
8 Avr 2011

Frans de Waal1 était spécialiste de l’agression animale quand il a vu mourir son chimpanzé préféré Luit, des suites de luttes de pouvoir. Il se consacra alors à l’étude de la résolution des conflits et de la coopération chez les primates.

Son dernier livre montre combien le « darwinisme social » qui fait de l’intérêt et de la cupidité un moteur naturel de l’homme est biologiquement infondé. De nombreux animaux sont prêts à prendre soin les uns des autres, à s’entraider et, dans certains cas, à se mobiliser pour sauver la vie de leur congénère. La nature n’est pas soumise à la loi de la jungle. (Voir aussi le film de Alain Tixier : Bonobos)

Quelques titres d’ouvrages de référence sur nos thèmes
De : Alain Grandjean

Catégories :
livres
24 Mar 2011

Voici, parmi les livres que j'ai lus, ceux dont j'ai le souvenir qu'ils m'ont apporté une vision nouvelle, une information essentielle, ou qui sont à mes yeux des références sur le sujet qu'il traite.

Merci de me signaler en commentaire (ou par mail) les livres qui ont à vos yeux le même "statut".

Philosophie, histoire, épistémologie

Patience dans l'azur, Hubert Reeves

La logique de la découverte scientifique, Karl Popper

Temps des crises, Michel Serres

Les conditions de la croissance verte
De : Alain Grandjean

alaingrandjean-jeco
7 Fév 2011

Cet article a été publié dans la revue des annales des Mines de Janvier 2011, dans la série Responsabilité & Environnement ; numéro titré "Une croissance verte ?". Pour lire l'article en plein écran, cliquez sur le bouton "fullscreen" du cadre ci-dessous.

"La «croissance verte» : un oxymore de plus? Ce serait le cas, si elle était limitée à (ou confondue avec) la croissance du « green business », conçu comme «Le» relais de croissance suivant celui des nouvelles technologies de l’information et de la télécommunication et des énergies renouvelables. Il ne s’agirait alors que d’un nouvel avatar d’un modèle condamné, que cela nous plaise ou non. La croissance exponentielle des flux matériels, verts ou pas, bute en effet sur la finitude du monde ..."

Fin de l’Anthropocène, bienvenue dans le Noocène
De : Alain Grandjean

voyagedanslanthropocene
24 Jan 2011

Claude Lorius, pionnier des recherches sur le climat, médaille d’or au CNRS, signe avec le journaliste Laurent Carpentier un extraordinaire « Voyage dans l’anthropocène »1 .

J’y ai appris entre mille choses que le prochain congrès mondial de stratigraphie de Brisbane (Australie) en 2012 va statuer sur la proposition faite par Paul Crutzen en 20022 de reconnaître qu’une ère géologique nouvelle est apparue il y a 3 siècles. Ce genre de décision ne se prend pas tous les matins. La dernière date de plus d’un siècle. C’est en 1885 que fut officialisée l’ère appelée Holocène, commencée avec la sédentarisation de l’homme il y a 11 500 ans.

La décision d’officialiser l’anthropocène c’est la reconnaissance par la communauté scientifique du fait que l’espèce humaine est...

Terre ! Des menaces globales à l’espoir planétaire Peter Westbroek, Le Seuil, 2009
De : Alain Grandjean

Terre-290x290
14 Juil 2010

Voici l’un de ces rares livres qui peuvent bouleverser notre vision du monde.

Livre lumineux. Qui nous fait voir comment la vie et la physique du globe interagissent sans cesse. Pour être plus précis, comment des processus de natures différentes interagissent pour produire des systèmes de plus en plus complexes. Comment, par exemple, la tectonique des plaques, les éruptions de grandes quantités de fer à la surface de la planète, l’apparition de formes vivantes nouvelles, etc…interagissent pour faire évoluer la concentration en oxygène de l’atmosphère qui est elle-même un déterminant majeur du vivant.

Se gardant soigneusement de tout finalisme notre auteur montre que la Terre poursuit une route ascendante. Elle est à ses yeux une entité organisée et soumise à un « développement cumulatif à...

Prospérité sans croissance : La transition vers une économie durable
De : Alain Grandjean

prosperite-sans-croissance-tim-jackson
9 Juil 2010

Tim Jackson signe là un livre remarquable, qui affronte les enjeux les plus lourds du développement durable en sortant des schémas idéologiques. Il le fait dans une démarche interdisciplinaire  (pychologie sociale, physique, économie) bien documentée. Il propose des axes de solution tant en termes de gouvernance que plan d’investissement que de réforme fiscale.

Sa question centrale est portée dans le titre : les données physiques montrent que la croissance des flux de matière et d’énergie n’est pas durable. Or notre modèle repose sur la croissance de la consommation matérielle (le consumérisme) encouragée tant au niveau des entreprises que des gouvernements par des sollicitations de toutes sortes : publicité, incitation à l’endettement voire au surendettement. Cette frénésie conduit à une véritable razzia

Sortie du livre « Vers une société sobre et désirable » : à lire
De : Alain Grandjean

vers-une-societe-sobre-et-desirable
7 Mai 2010
J'ai le plaisir de vous annoncer la sortie chez PUF du livre "Vers une société sobre et désirable". Ce livre est issu d'un colloque qui s'est tenu le 26 novembre 2009, sur la base d'un texte du Comité de Veille Ecologique de la Fondation Nicolas Hulot, intitulé "Evolution Chapitre 2". L'idée centrale c'est que nous vivons un tournant de l'histoire de l'humanité et que nous avons à écrire un nouveau chapitre de son histoire. A ce colloque sont intervenus des économistes (comme Jean-Luc Gréau et Nicolas Bouleau), des juristes, des historiens, des philosophes (comme Marcel Gauchet), des sociologues (comme Pierre Rosanvallon) des politiques (Chantal Jouanno), des scientifiques des neurosciences... J'y ai apporté ma modeste contribution. Au total l'ensemble fait un tour d'horizon avec des angles de vues variés des grandes questions qu'il...

Le triomphe de la cupidité
De : Alain Grandjean

Catégories :
Rebooting the Global Economy
13 Mar 2010

Je vous recommande la lecture du dernier livre de Joseph Stiglitz1, malgré son épaisseur. Il est vraiment utile de revenir, jusqu’à en avoir la nausée, sur les abus de la finance américaine. C’est en reprenant les événements et les chiffres avec recul qu’on comprend l’avidité potentiellement sans limite de ces hommes et leur absence totale de sens moral.

Le sommet de l’odieux étant atteint en ce moment : les financiers et banquiers sauvés par les Etats, les déstabilisant en jouant sur les produits dérivés et leur imposant des mesures, drastiques pour les populations du monde entier. Le pire est à craindre. Comment imaginer que ces pratiques ne génèrent pas des envies de...

journal

Bibliothèque et papiers de référence