Du bon usage des modèles mathématiques en économie
De : Alain Grandjean

modeles-economiques-climatiques2
27 Mar 2017

L’économie (en tant que discipline intellectuelle) recourt aux mathématiques et à la modélisation comme de nombreuses sciences. C’est assez légitime : l’économie manipule des quantités (des prix, des revenus, des volumes de production et de consommation, des montants de dettes et de créances, etc.) et il est logique de vouloir appréhender la complexité des systèmes économiques en la représentant de manière simplifiée par des modèles. Ces modèles ne sont pas de simples jeux de l’esprit. Certains sont utilisés au plus haut niveau et dans de situations à forts enjeux : dans la négociation entre la Grèce et la Troika, pour évaluer les effets économiques du TAFTA ou du CETA, du Brexit, pour évaluer l’impact économique et social de telle politique, de l’effet des 35 heures en pensant par celui d’une politique de réduction des déficits...

Pour en finir avec la loi de Say
De : Alain Grandjean

loi-des-debouches-loi-de-say
8 Mar 2017

"Le temps est venu de régler le principal problème de la France : sa production. Il nous faut produire plus il nous faut produire mieux. C’est donc sur l’offre qu’il faut agir. Sur l’offre ! Ce n’est pas contradictoire avec la demande. L’offre crée même la demande." François Hollande ; janvier 2014[1] 

La loi de Say, célèbre « loi » économique enseignée dans tous les cursus d’économie, fonde la pensée économique dite libérale[2], selon laquelle le marché s’auto-régule. Les recommandations d’économie politique qui en découlent sont au cœur des « politiques économiques » dites de l’offre[3]. Il suffirait de « laisser faire, laisser passer [4]». Soit,...

La physique et l’économie peuvent-elles faire bon ménage ?
De : Alain Grandjean

Pour l'image, merci à Quelfutur.org et Les-crises.fr
27 Fév 2017

« Celui qui croit qu'une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. »

Kenneth E. Boulding, cité dans Jump the Curve (Jack Uldrich, 2008)

L’économie s’est développée jusqu’à peu en dehors de la physique. Le rapport au club de Rome sur les limites de la croissance de Denis Meadows repose sur un modèle « physique [1]» qui n’a pas été pris au sérieux par les économistes, car n’introduisant ni prix ni monnaie, il ne représente pas le comportement des agents économiques. Les économistes lui reprochent donc de ne pas tenir compte, par exemple, du fait que lorsque les raretés pour une matière deviennent fortes, les prix montent et génèrent baisse de la demande ou innovation technologique et recherche de substitution. Il est en quelque sorte...

La venue de Steve Keen à Paris à l’occasion de la sortie de son livre : l’imposture économique(1)
De : Alain Grandjean

steevekeen-impostureeconomique
23 Sep 2014

Voici quelques précisions sur le calendrier du début du mois d'octobre concernant la sortie du livre exceptionnel de Steve Keen :

Sortie du livre : le 9 octobre.  

- Mercredi 8 octobre : soirée de lancement du livre à 19h30 au Centre Sèvres (facultés jésuites de Paris), 35 bis rue de Sèvres 75006 (métro Sèvres-Babylone). Débat Keen-Giraud. titre de la soirée : "L'imposture économique".

- Vendredi 10 octobre : conférence (en anglais) de Steve K. de 19h à 21h30 à la Maison des Sciences Economiques, 106 bd de l'Hôpital 75013 (métro Campo-Formio). [Aurélien va nous préciser la salle.]  titre de la soirée : "DebunkingEconomics".

 - Samedi 11 Octobre à 18h : Table ronde « Les rebelles de la théorie économique » avec Steve Keen, G. Giraud, JM Daniel  et X. Ragot (à...

Pourquoi monnaie, crédit et finance doivent être au cœur de la macroéconomie ?
De : Alain Grandjean

credit-immobilier-monnaie
31 Août 2014

Les deux omissions les plus importantes du raisonnement économique « main stream » concernent les ressources naturelles et tout particulièrement l’énergie et le triptyque monnaie-crédit-finance. Les physiciens, écologues et autres scientifiques qui s’intéressent à l’économie pourraient avoir la tentation, en réintroduisant l’énergie et les ressources naturelles dans le raisonnement économique, de  supposer implicitement, comme les économistes  classiques et néoclassiques, que les phénomènes monétaires et financiers, non physiques, ne comptent pas (au moins sur le long terme).

 L’économie pourrait donc être réduite à sa sphère « réelle[1] » :

  • des consommations d’énergie et de ressources naturelles (et plus généralement des destructions d’écosystèmes, des dérèglements de régulations...

Crises politique, sociale et économique : il est nécessaire de refonder la macroéconomie[1]
De : Alain Grandjean

refonder-macro-economie
25 Août 2014

La crise politique de cette rentrée ne se réduit pas à une bataille d’egos, ni à un débat entre keynésiens et sociaux-libéraux. Elle nécessite une réflexion en profondeur.  Les raisonnements économiques dominants sont à remettre en cause et il nous faut une nouvelle feuille de route, y compris au plan théorique. L’urgence apparente ne doit pas cacher l’essentiel : nos erreurs doctrinales de fond. La situation économique et sociale de notre pays et de l’Europe est angoissante  et incompréhensible. Elle est potentiellement dramatique. Face à ce danger, un sursaut collectif est indispensable. Bien au-delà des débats politiciens, il passe fondamentalement par une profonde remise en cause des raisonnements économiques qui nous font aller dans le mur. Si les politiques de gauche et de droite sont si semblables depuis des décennies c’est qu’en fait elles...

Steve Keen un évènement à ne pas rater
De : Alain Grandjean

steeve-keen-critique
13 Août 2014

Un événement à ne pas rater. La venue de Steve Keen en France, à l’occasion du lancement de son livre "L’imposture économique"[1] publié par les Editions de l'Atelier.

L’imposture économique est la traduction du livre « coup de poing » de l’économiste australien Steve Keen paru en Australie et en Angleterre sous le titre Debunking Economics. Il déconstruit avec rigueur les idées répandues par la théorie dominante, et qui malheureusement sont la source principale d’inspiration des conseillers des gouvernements, de gauche ou de droite.

Il présente la théorie néoclassique, la remet en perspective historique et démonte une à une les grandes pièces de l’édifice dogmatique, démolissant des concepts qui font encore autorité alors qu’ils ont montré leur limite : la théorie de la demande, celle de l’offre, le concept même de capital, la...

 
journal

Bibliothèque et papiers de référence