Home
»
Tag : Financement du long terme
ic_flame

Financement du long terme

Flécher le QE de la BCE vers la transition verte : un « Green QE » pour reconstruire l’Europe
De : Alain Grandjean

-500
11 Mar 2016

Edit 28 mars 2016 : Une page dédiée au "green QE" est désormais accessible pour en savoir plus sur notre appel ou pour soutenir l'initiative. 

Edit du 31 mars : Une tribune co-signée de plusieurs économistes prolonge le raisonnement et appelle les gouverneurs de la BCE à agir au plus vite. A lire sur La Tribune.

Mario Draghi a sorti jeudi 10 mars l’artillerie lourde en amplifiant le QE (taux de refinancement passé à zéro, alourdissement du programme de rachat d’actifs de 20 milliards d’euros de plus chaque mois, octroi de nouvelles liquidités aux banques si elles distribuent plus de crédit…) ; preuve d’une peur compréhensible de la déflation qui s’installe apparemment inéluctablement. Les marchés ne semblent pas...

Le crédit bancaire, pilier manquant de la gestion des entreprises
De : Mireille Martini

Catégories :
deregulation-nuit-gravement-economie
15 Fév 2016

Les accords de Bâle, en instituant un ratio de fonds propres prudentiels sur les activités de crédit, ont contribué à une forte réduction du crédit bancaire aux entreprises. Les grands groupes se financent désormais essentiellement sur le marché obligataire, or l’obligation est un financement de marché, qui ne constitue pas ce qu’était le crédit bancaire : un partenariat de long terme qui équilibrait l’influence de l’actionnaire au sein de l’entreprise. La dérive court–termiste des politiques de gestion des entreprises, et leur impact délétère sur la croissance, pourrait bien trouver son origine dans l'insuffisance des accords de Bâle, qui ont par ailleurs démontré leur incapacité à éviter une crise bancaire systémique. Troisième et dernier billet de notre dossier « Court-termisme et régulation...

Gestion des entreprises : LBO et crise financière à l’origine du court-termisme
De : Mireille Martini

Catégories :
quick-gimme-cash
12 Fév 2016

La généralisation des LBOs et le tarissement du crédit bancaire ont changé le mode de gestion des entreprises. Deuxième billet de notre dossier « Court-termisme et régulation financière »

La gestion des entreprises par le Free Cash Flow est un phénomène relativement nouveau, qui s’est développé à l’origine avec  l’ouverture des marchés de capitaux européens aux fonds de pension anglo-saxons, particulièrement après les années 2000, avec les opérations de LBO[1]. Dans les années 2000, les banques européennes ont commencé à prêter à des fonds d’investissements en actions non cotées, principalement anglo-saxons (KKR, Blackstone et autres Carlyle ou TPG), pour leur permettre de financer...

Dérive du capitalisme actionnarial : la dictature du Free Cash Flow
De : Mireille Martini

Catégories :
Gagnants-gagnants ? Merci à Rangon
9 Fév 2016

Précarisation, « agilité », reporting : le court-termisme de la gestion actionnariale nuit au développement de l’entreprise et donc à la reprise de la croissance. Premier chapitre de notre dossier « Court-termisme et régulation financière » par Mireille Martini, consultante en financements structurés et d’entreprise.

Le krach de 2008 suivi d’une crise économique prolongée  a ébranlé la confiance dans la capacité du capitalisme à générer de la croissance et la prospérité pour tous. Thomas Piketty, relayé par d’autres,  a mis en évidence le retour de la croissance des inégalités dans nos sociétés. Les méfaits de la libéralisation des marchés financiers ont maintenant des porte-paroles dans les sphères les plus officielles (cf. la critique d’Adair...

Innover pour financer. Mission sur les financements innovants pour le climat
De : Alain Grandjean

innover
8 Mar 2015

Dans le cadre de la préparation de la COP 21 (21ème conférence des Parties sur le changement climatique), le Président de la République vient de confier une mission à une commission indépendante, idée qui lui a été suggérée par Nicolas Hulot.

Cette commission sera co-présidée par Alain Grandjean, membre du comité scientifique de la Fondation Nicolas Hulot et associé de Carbone 4 et par Pascal Canfin, ancien ministre et actuellement conseiller principal pour  le think-tank Américain World Resources Institute.

Un des points clefs de la négociation sur le climat portera sur le respect des engagements pris en 2009 à Copenhague en matière de financement (100 milliards de dollars par an à partir de 2020), ce qui rendra nécessaire l’usage d’outils innovants du fait du contexte de tension sur les finances publiques...

Quels financements innovants pour la transition énergétique et écologique?
De : Alain Grandjean

schema-financement-cdc-projet-renovation-thermique
10 Fév 2015

La conférence de Paris sur le Climat en 2015 risque d’échouer par manque d’argent. Les « pays du Sud » attendent que les pays développés tiennent leur promesse, notamment en finançant le « fonds vert pour le climat[1] », décidé à Copenhague en 2009, à hauteur de 100 Milliards d’euros par an. C’est tout sauf gagné si l’on se résigne aux dogmes mortifères qui nous condamnent à l’austérité et à la déflation, au niveau mondial et pas uniquement européen.  Dès qu’on accepte d’innover de nombreuses pistes sont à explorer. Nous n’en citerons que quelques-unes, sans les approfondir à ce stade. Notons que certaines d’entre elles ont été évoquées à la Conférence des Parties (COP 20) qui s’est tenue à Lima fin 2014[2] sous l’acronyme SUMOs (Smart Unconventionnal MOnetary policieS, politiques monétaires non conventionnelles). Il nous...

Mercredi 21 mars : le colloque « L’économie publique au service de la transition énergétique »
De : Alain Grandjean

colloque-economie-au-service-transition-energetique
19 Mar 2012

J'ai le plaisir de vous annoncer la tenue mercredi du colloque de la FNH (Fondation Nicolas Hulot), sur nos propositions de création monétaire pour financer la transition écologique.

"En mars 2011, la Fondation a émis une première proposition. Elle consiste à rétablir la possibilité pour les Etats européens d’emprunter à taux nul ou très faible auprès de leur banque centrale. Ils seraient ainsi libérés des « humeurs » des marchés  et pourrait, enfin, investir dans la transition sans alourdir la charge de la dette.

Cet outil « non conventionnel » de financement a été mobilisé pour sauver les banques et est aujourd’hui couramment utilisé dans le monde pour le secteur public (aux Etats-Unis par exemple)." (à retrouver sur le blog de notre groupe de travail : Financer l'avenir sans creuser la...

Scénarios comparés de sortie de la crise de la dette
De : Alain Grandjean

nidupes-nidevins-canfin-agglietta-grandjean
17 Fév 2012

Ce post fait suite à la deuxième édition de la conférence "ni Dupes, ni Devins à l' ENS", à l'ENS, où j'étais invité aux côtés de Michel Aglietta et Pascal Canfin.

Après l'intervention de Pascal Canfin qui présentait son analyse de la crise de l'Euro et en particulier ce qu'il a pu faire en tant que député européen en particulier sur la réglementation des CDS, puis celle de Michel Aglietta (on ne le présente pas!) qui présentait sa vision des causes de la crise et le séquencement de ce qu'il fallait faire à son avis pour en sortir, j'ai présenté en quelques 10 minutes (Voir vidéo ci-après) le contexte, les causes de la crise, mon opinion sur les plans d'austérité, puis le plan de sortie de crise et de...

Le Dogme terrassé par l’effet boule de neige ?
De : Alain Grandjean

effet-boule-de-neige
9 Nov 2011

Les taux d’intérêt auxquels l’Italie peut emprunter pour  se financer sont en ce moment supérieurs à  6%. Avec une dette de 120% du PIB cela pourrait poser quelques menus problèmes. S’il était appliqué à toute la dette (ce qui n’est pas le cas car une partie est financée à des taux plus bas) la charge d’intérêt alourdirait mécaniquement le déficit public italien de 7,2% du PIB…

Rappelons que les ratios Maastrichtiens (déficit public inférieur à 3% du PIB et dette inférieure à 60% du PIB) ne tiennent sur la durée que si le taux de croissance est supérieur au taux réel de la dette. Dans le cas inverse, on observe  un effet boule de neige, qui se formalise simplement.

L’effet boule de neige 

Une petite démonstration vaut mieux qu’un long discours.

D = dette réelle (i.e., déflatée du niveau...

Pour une sixième République écologique
De : Alain Grandjean

RTS - L'auteur, Dominique Bourg
29 Oct 2011

Dominique Bourg et ses co-auteurs nous livrent un ouvrage remarquable. Pas long (moins de 200 pages) agréable à lire, solide et innovant. En voici le propos en quelques mots :

Une analyse lumineuse des contradictions entre notre système démocratique et les défis écologiques vitaux auxquels nous sommes confrontés, et la proposition d’une architecture d’ensembles et des propositions concrètes pour faire place à une sixième république où :

  • Le président a une fonction et des moyens pour incarner le long terme
  • Une troisième chambre , une assemblée du long terme, a un pouvoir d’initiative et de véto pour ce qui ressort de son champ de compétence
  • Un collège du futur composé pour moitié d’experts et pour moitié de citoyens travaille pour éclairer solidement et démocratiquement les enjeux de...

journal

Bibliothèque et papiers de référence