La Taxe sur les Transactions Financières est au point mort : le climat, lui, n’attend pas
De : Mireille Martini

Révélations de Morphéus sur l'idée reçue que la finance est l'ennemi de François Hollande. Image : The Matrix.
9 Mar 2016

La Taxe sur les Transactions Financières (TTF) est une bonne idée. Elle valut la notoriété à son inventeur le prix Nobel d’économie James Tobin, qui proposa de réduire la spéculation à court terme sur les marchés financiers, qu’il jugeait contre-productive, en instaurant une taxe sur les transactions de change. L’effondrement des systèmes financiers en 2008 a mis les Etats devant la facture de l’instabilité financière. A Cannes en 2011, sous présidence française, les 20 plus grands pays du monde réunis au G20 se sont prononcés en sa faveur, nous citons l’article 82 de la déclaration : « Nous reconnaissons qu'au fil du temps, de nouvelles sources de financement doivent être trouvées pour répondre aux besoins du développement. …Nous reconnaissons les initiatives prises dans certains de nos pays pour taxer le secteur financier à des fins diverses, dont...

Innover pour financer. Mission sur les financements innovants pour le climat
De : Alain Grandjean

innover
8 Mar 2015

Dans le cadre de la préparation de la COP 21 (21ème conférence des Parties sur le changement climatique), le Président de la République vient de confier une mission à une commission indépendante, idée qui lui a été suggérée par Nicolas Hulot.

Cette commission sera co-présidée par Alain Grandjean, membre du comité scientifique de la Fondation Nicolas Hulot et associé de Carbone 4 et par Pascal Canfin, ancien ministre et actuellement conseiller principal pour  le think-tank Américain World Resources Institute.

Un des points clefs de la négociation sur le climat portera sur le respect des engagements pris en 2009 à Copenhague en matière de financement (100 milliards de dollars par an à partir de 2020), ce qui rendra nécessaire l’usage d’outils innovants du fait du contexte de tension sur les finances publiques...

Quels financements innovants pour la transition énergétique et écologique?
De : Alain Grandjean

schema-financement-cdc-projet-renovation-thermique
10 Fév 2015

La conférence de Paris sur le Climat en 2015 risque d’échouer par manque d’argent. Les « pays du Sud » attendent que les pays développés tiennent leur promesse, notamment en finançant le « fonds vert pour le climat[1] », décidé à Copenhague en 2009, à hauteur de 100 Milliards d’euros par an. C’est tout sauf gagné si l’on se résigne aux dogmes mortifères qui nous condamnent à l’austérité et à la déflation, au niveau mondial et pas uniquement européen.  Dès qu’on accepte d’innover de nombreuses pistes sont à explorer. Nous n’en citerons que quelques-unes, sans les approfondir à ce stade. Notons que certaines d’entre elles ont été évoquées à la Conférence des Parties (COP 20) qui s’est tenue à Lima fin 2014[2] sous l’acronyme SUMOs (Smart Unconventionnal MOnetary policieS, politiques monétaires non conventionnelles). Il nous...

L’asservissement de la finance à un objectif de prospérité durable
De : Alain Grandjean

Balai-Fantasia
28 Sep 2010

Les ingénieurs en automatique sont habitués à manier le vocabulaire technique de l’asservissement : un thermostat est un mécanisme qui asservit le fonctionnement d’un instrument de chauffage à l’atteinte d’un objectif de température. Les asservissements sont souvent utiles pour réguler des systèmes de manière efficace.

A l’évidence le système économique mondial n’est pas régulé de manière optimale. Il est depuis 40 ans l’objet de crises1 bancaires, monétaires et financières à répétition aux conséquences sociales et économiques d’amplitude variable. En revanche la sphère bancaire et financière, à quelques exceptions près, semble s’en sortir toujours correctement ; elle se développe même. Lors de la dernière crise, des banques ont fait faillite, des spéculateurs ont perdu des...

Financement du long terme (Billet invité : Nicolas Bouleau)
De : Alain Grandjean

nicolas-bouleau
30 Juin 2010

Le cours de Nicholas Stern au Collège de France "Gérer les changements climatiques, promouvoir la croissance, le développement et l’équité" a été clôturé les 7 et 8 juin derniers par une conférence internationale co-organisée par Roger Guesnerie focalisant la réflexion sur deux points cruciaux du changement climatique : l’économie du long terme et la promotion de l’innovation.

Cette initiative heureuse était le débouché naturel et attendu de l’enseignement de Nicholas Stern où celui-ci avait présenté une vision panoramique et pragmatique de ces problèmes dans leur configuration physique, économique et politique. Ces leçons, au nombre de six, n’ont pas fait appel à des modèles économiques sophistiqués où les phénomènes sociaux sont "expliqués" par des boîtes noires mathématiques. Il s’agissait au contraire d’une présentation...

Pour sauver le climat, une taxe tobin soutenable
De : Alain Grandjean

Pavédanslamare
12 Mar 2010

L'une des clefs de la négociation mondiale sur le climat est indiscutablement le financement des pays pauvres par les pays riches pour qu'ils puissent s'adapter au changement climatique et bénéficier de solutions "bas carbone"; aller chercher l'argent nécessaire chez les plus riches (des pays de l'OCDE mais pas que..) est une idée équitable. Aller le chercher dans l'univers de la finance aussi, au motif que les Etats donc les contribuables ont mis beaucoup d'argent pour les sauver. C’est donc aussi une idée politiquement intelligente.

Pour autant la taxe sur les transactions financières, dite Taxe Tobin, telle qu’elle est proposée par une série de gouvernements, dont la France, n'est pas la bonne solution. Il est utile de comprendre pourquoi et de proposer une alternative.

Certains arguments "contre" sont infondés. Il n'est pas vrai qu'on ne puisse pas...

Grand emprunt, petit début !
De : Alain Grandjean

alaingrandjean-entretien-les-echos
25 Nov 2009

Après la fin de nos travaux au sein de la commission Grand Emprunt, j'ai écrit pour les Echos (sorti hier matin, 24/11/09) ce que je pensais de ce travail.

Extrait : "Pour trouver rapidement de nouvelles ressources financières, sans prendre le risque de ruiner les finances publiques, la méthode la plus efficace nous semble être la mise en place, par la Banque centrale, d'une ligne de 100 milliards d'euros, à dépenser dans les cinq ans, exclusivement consacrée au financement de la transition écologique. Cette ligne exceptionnelle, créée pour faire face à un péril historique, ne serait pas comptée dans le calcul de la dette publique, car elle n'aurait pas à être remboursée. La Banque refinancerait (comme...

journal

Bibliothèque et papiers de référence