Home
»
Tag : Mix énergétique
ic_flame

Mix énergétique

Politique énergétique, ne pas se tromper de débats !
De : Alain Grandjean

crédit : Sabine Büring
24 Juil 2017

Comme toujours en France le nucléaire suscite des débats passionnés ; pour autant ce n’est et de loin pas la seule priorité au regard des engagements climatiques réitérés dans le plan climat et de l’ensemble des autres enjeux de la politique énergétique. Si la question nucléaire est plutôt hexagonale, les autres sont beaucoup plus générales. Je ne ferai ici que planter le décor en espérant que le travail collectif des prochains mois, provoqué par la mise à jour de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie, permettra de rentrer précisément dans chaque grand sujet.
A mes yeux il y a au moins six grandes priorités interdépendantes.
1-Sobriété, efficacité et maîtrise de la demande d’énergie.
2-Réduire nos consommations d’énergie fossile, à commencer par le pétrole.
3-Faire de la transition énergétique une source de...

50% de nucléaire en 2025 : est-ce compatible avec le plan climat?
De : Alain Grandjean

hulot-plan-climat
15 Juil 2017

Edit 16/07/17 : Suite à une remarque très juste, le billet a été légèrement modifié pour plus de précision, (mais sans en changer ni le sens ni la logique ni les conclusions) et deux phrases (en rouge) ont été ajoutées.

Le plan climat du gouvernement sorti le 6 juillet 2017 n’évoquait pas le dossier nucléaire. Ce sujet a été abordé plus tard par Nicolas Hulot lors d’une émission de radio. Il est sorti du bois, en disant tout haut ce que les spécialistes savent bien. Pour réduire à 50% la part du nucléaire dans la production électrique en 2025, objectif inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte, votée en juin 2015, il faut fermer des réacteurs nucléaires. La Cour des Comptes en avait estimé en février 2016 le...

Les liens entre PIB et énergie dans une trajectoire +2°C
De : Marion Cohen, Alain Grandjean

La contrainte énergie en économie
17 Avr 2017

[Voir l'article en PDF] Que peut-on affirmer (et ne pas affirmer) sur les liens entre énergie et PIB ? La question est aiguë aujourd’hui car nous sommes face à de nombreux défis et de nombreuses interrogations.

- On sait qu’il est impossible de rester « sous les deux degrés » sans baisse de la consommation d’énergie dans les pays développés[1]. Cette baisse est-elle possible au bon rythme ?

- D’éventuelles contraintes sur l’approvisionnement énergétique sont-elles de nature à limiter le réchauffement climatique ?

- La baisse actuelle du taux de croissance mondiale et de ses perspectives suscitent de nombreux débats : vivons-nous une période de stagnation séculaire ? Si oui pourquoi ? Pourrait-elle être due...

Nucléaire : le besoin impérieux d’une feuille de route ambitieuse mais réaliste
De : Alain Grandjean

nucleaire-en-france
4 Fév 2016

 Le récent post des Chroniques de l'anthropocène sur le caractère irréaliste de l’objectif à 50 % de part du nucléaire en 2025 a suscité de nombreux commentaires, dont ceux, détaillés de Benjamin Dessus et Bernard Laponche, nommés BDBL dans la suite, puis les commentaires aux commentaires, d'autres sur les réseaux sociaux, et beaucoup, privés, par email. Certains rappellent que la question du nucléaire n’est pas la question centrale de la transition énergétique. Je partage ce point de vue -je ne cesse d’insister sur la nécessaire baisse de notre consommation d’énergie- tout en considérant qu’elle est cependant importante, tant en termes économiques, financiers, sociaux qu’en termes industriels. D’autres pensent qu’il faut en...

50% de nucléaire en France : un objectif réaliste ?
De : Alain Grandjean

nucleaire-en-france
11 Jan 2016

Quelques calculs de coin de table[1] montrent que l'objectif (inscrit dans loi de transition énergétique adoptée en 2015) de réduction à 50% de la part du nucléaire dans le mix électrique en 2025 est inatteignable. L’absence de crédibilité de cet objectif pourrait nuire à l’ensemble de la politique énergétique de notre pays alors que les enjeux en sont majeurs tant bien sûr pour la filière nucléaire (voir ce résumé des enjeux), que pour le développement des énergies renouvelables et pour la facture des ménages. Ce serait vraiment regrettable au lendemain de la signature de l’accord de Paris.

La loi de transition énergétique s’inscrit dans le cadre des objectifs français de réduction des émissions de GES (par rapport à 1990) d’une...

La place du nucléaire dans une trajectoire 2 degrés
De : Alain Grandjean

simpsons-nucleaire-trajectoire-2-degres
29 Déc 2015

Les politiques énergétiques jouent un rôle déterminant[1] dans l’atteinte des objectifs climatiques qui ont été fortement réaffirmés dans l’accord de Paris à la COP21. Deux tiers de nos émissions mondiales de GES sont dues à la combustion des énergies fossiles. Le nucléaire étant une source d’énergie peu carbonée la question de sa place dans le mix mondial et de son évolution est incontournable. Avant de l’aborder il est utile de rappeler, en quelques points, le contexte dans lequel cette question se pose.

1 Nous consommions en 2010 environ 12 GTep[2] en énergie primaire, pour 7 milliards d’habitants, soit 1,7 Tep par habitant, cette moyenne cachant une grande inégalité[3] : de quelques centaines de kep...

La pénurie des fossiles peut-elle nous aider à limiter la dérive climatique ?
De : Alain Grandjean

penurie-fossile-climat
26 Mai 2014

[1] Addendum à une intervention à un  séminaire d’économie de la transition énergétique [2]

J’ai eu la chance jeudi  22 mai de pouvoir être le « discutant » d’une présentation faite par Pierre-Noël Giraud (PNG dans la suite), professeur à Mines Paris Tech et Dauphine. Le sujet étant complexe, je crois utile d’écrire noir sur blanc l’essentiel de mes propos et d’y apporter quelques précisions. Je me suis délibérément placé dans l’horizon court qui nous sépare de 2050. Car c’est dans ce délai que se joue l’enjeu de la hausse des 2°C.

1) Il y a sous terre plus d’énergie fossile qu’il n’en faut pour que nous dépassions la barre des 2° d’augmentation par rapport à 1850 de la température sur la surface de la terre.

Les chiffres me paraissent indiscutables. Selon le rapport 5 du groupe 1 du  GIEC (voir...

Transition énergétique : le gouvernement sait-il où il va ?
De : Alain Grandjean

gouverner-cest-choisir-debat-national-transition-energetique
15 Juil 2013

Le débat sur la transition énergétique va se conclure le 18 juillet. Il en ressort[1] qu’il serait possible, techniquement économiquement et financièrement  de mettre le pays sur la voie d’un nouveau modèle  énergétique, reposant sur quatre piliers : 

  • une réduction de la consommation d’énergie de l’ordre de 2% par an, avec une priorité massive dans les bâtiments et le transport
  • une diversification du mix énergétique avec une montée en puissance progressive des énergies renouvelables (ER), dans le sillage de ce qui se passe au niveau mondial[2]
  • une plus grande implication des territoires dans la définition et la mise en œuvre de projets locaux
  • des dispositifs innovants de financement pour des opérations à rentabilité...

Les hydrocarbures non conventionnels au secours du climat ?
De : Alain Grandjean

Catégories :
hydrocarbures-non-conventionnels-climat
2 Mai 2013

Le débat sur la transition énergétique est hanté par les hydrocarbures non-conventionnels (les gaz et huiles de schiste principalement). Ils seraient à la fois  à l’origine d’une révolution énergétique et changeraient la donne climatique. A titre d’exemple, les émissions de CO2 américaines auraient baisser suite à leur exploitation (conduisant à  une baisse de la consommation de charbon).

Une note récente du quai d’Orsay s’appuie sur cette « révolution » pour reléguer au rang de millénariste les tenants du peak oil[1].  Il y est dit également :

« Les politiques climatiques devront désormais être justifiées par leur mérite propre, sans  le secours d’invocation de menaces tenant plus du millénarisme énergétique que d’une prospective raisonnée ».

Ce propos (l’adverbe désormais...

L’aéroport Notre Dame des Landes Le jeu des 7 erreurs
De : Alain Grandjean

jeudes7erreurs
14 Nov 2012

[Billet inspiré par Jean Gadrey[1]] La France n’est pas l’Espagne et ses 50 aéroports, dont plusieurs fantômes, presque vides, comme celui de Castellon à côté de Valence et celui de Ciudad Real (à 160 km de Madrid) construit il y a à peine deux ans et qui va fermer. Pour autant faut-il s’obstiner, au nom d’arguments des années 60,  dans le projet de Notre Dame des Landes en remplacement de l’actuel aéroport de Nantes ? Et dépenser 750 millions d’euros (pour l’aéroport et ses dessertes)[2] quand on est aux abois et on cherche, million après million,  des rentrées fiscales par tous les moyens.

Comme cette opération consisterait (se elle se faisait, ce qui n’est pas inéluctable) en un transfert et non une création, elle  n’est pas le strict équivalent d’un autre aéroport...

journal

Bibliothèque et papiers de référence