Home
»
Aller plus loin
»
Livres et projets de l’auteur

Livres et projets de l’auteur

Posté par Alain Grandjean - ( 0 ) Commentaires

J’ai publié ces livres aux fils de l’avancée de nos projets et de nos idées. Voici d’abord une liste des livres et ci-après une mise en contexte de leur publication.

Rapide présentation des livres et projets :

  • Pape François : Laudato si, édition commentée : Ma contribution à cette analyse : « La leçon d’économie du pape françois ». A paraître bientôt sur ce blog. Voir aussi la recension par les Chroniques à l’occasion de la publication de l’encyclique.
  • Rapport Canfin/Grandjean : Rédigé pour le président de la république à l’occasion de la COP21, il comprend des propositions concrètes concernant le FMI, la Banque mondiale, le Conseil de stabilité financière, le Comité de Bâle ou les banques centrales. 
  • Le comité des experts du DNTE : j’ai assuré la présidence du comité des experts pour le DNTE. Entre autres, cela a consisté a suggérer des experts à inviter, à organiser les débats, en étroite collaboration avec le ministère de l’écologie. Voir ce billet sur les questions de « science et société » qu’ont apporté ce débat national.
  • Financer la transition énergétique: La transition est une formidable opportunité pour relancer l’économie, et elle est possible, techniquement et financièrement, à condition d’encadrer la finance et d’utiliser les leviers monétaires et fiscaux. 
  • Miser vraiment sur la transition écologique : La transition écologique : une nécessité mais aussi une vraie opportunité sur tous les plans :  compétence, formation, modèles économiques, mécanismes de financement 
  • 20 propositions pour réformer le capitalisme (ré-édition 2012) : la financiarisation du capitalisme est à l’origine de multiples crises actuelles; il est aussi impératif que difficile d’ y arriver. 20 propositions concrètes, rédigées par des spécialistes du secteur financier
  • C’est maintenant : Comment réaliser la transformation du monde nécessitée par les contraintes « énergie-climat » et comment la financer ?  (C’est de ce livre que vient la parabole de l’île de Pâques)
  • Les états et le carbone : Une présentation des enjeux pour les Etats du changement climatique et des politiques publiques concevables pour y faire face
  • Environnement et entreprises : Un livre précurseur sur les pratiques présentes et à venir des entreprises dans le domaine de l’environnement et du développement durable, écrit par un philosophe, un professeur de communication  et un consultant.
  • Le plein s’il vous plait : Un des livres de référence sur la problématique « énergie-climat »
  • La monnaie dévoilée : Les mécanismes monétaires révélés, des mythes démontés et des analyses approfondies de périodes de l’histoire où la monnaie a joué un rôle décisif.

Participations à des ouvrages collectifs : 

  • Science, conscience et environnement. Penser le monde complexe, coordonné par Gérald Hess et Dominique Bourg où j’ai écrit le chapitre 8, titré : « Les crise actuelles signes de la fin de l’humanité ou d’une métamorphose ? » Présentation du chapitre : « Envisageant la situation actuelle de l’humanité sous l‘angle de la crise écologique, Alain Grandjean propose de résinscrire l’histoire humaine dans le récit plus vaste de la complexité croissante du vivant. il reprend l’idée d’une émergence au sens fort et invite ses lecteurs à envisager les crises civilisationnelles comme des étapes à travers lesquelles l’humanité devient une véritable entité collective capable d’opérer l’indispensable transition vers un modèle plus sobre ».
  • Crise écologique, crise des valeurs : L’origine des menaces écologiques actuelles repose pour une grande part sur les conceptions spirituelles et culturelles que l’Occident nourrit à l’égard de la nature. Un grand angle sur cette question centrale avec 22 contributions de philosophes d’anthropologues mais aussi d’hommes d’entreprise 
  • Vers une société sobre et désirable : Peut-on concevoir une société sobre ? quels leviers actionner pour y arriver ? Cet ouvrage traite de l’avenir de notre vivre-ensemble dans un horizon de limitation des ressources naturelles et énergétiques. 24 contributions de grande profondeur.
  • Pour un pacte écologique : « Lancé en novembre 2006, le Pacte écologique a été une campagne d’interpellation des décideurs politiques et des citoyens, visant à placer l’écologie au coeur de l’action publique. Il a reposé sur des propositions concrètes et structurantes issues de la réflexion de Nicolas Hulot et des experts du Comité de Veille Écologique pour répondre aux défis environnementaux. « 

Vue d’ensemble des projets de l’auteur :

Après des études à l’école Polytechnique et l’Ensae j’ai travaillé 4 ans au laboratoire d’économétrie de l’Ecole Polytechnique notamment avec Claude Henry (actuellement président du conseil scientifique de l’IDDRI et professeur d’économie à Columbia). Après une carrière dans l’industrie j’ai repris mes sujets de passion : l’économie et l’écologie. Sur ces deux plans il m ‘a toujours semblé qu’un travail d’information et de « déconstruction » immense était à faire : faire connaître les vrais enjeux, s’appuyer en la matière sur les données scientifiques disponibles mais aussi remettre en cause les dogmes (dont l’économie est férue) et les idées reçues.

L'association Chômage et monnaie produit des fiches, des livres et des articles

L’association Chômage et monnaie produit des fiches, livres et  articles mais encore un simulateur de plan de relance

C’est ainsi que j’ai participé à la création de l’association Chômage et monnaie en 1992 visant à montrer que la monnaie n’est pas neutre et qu’elle peut contribuer au chômage ou à sa résorption. En 1997 nous avons rédigé avec  Gabriel Galand le livre La Monnaie dévoilée, centré principalement sur la création monétaire et son lien avec l’endettement des agents économiques privés ou publics.

En 2006 nous avons publié avec Jean-Marc Jancovici Le plein s’il vous plait qui expose les grands enjeux énergie-climat et fait un plaidoyer pour la taxe carbone.

Tout premier livre : les mécanismes de la monnaie

Tout premier livre : les mécanismes de la monnaie

J’ai alors participé à la commission fiscalité écologique, présidée  par Jean-Pierre Landau avant l’élection présidentielle de 2007. Dès ce moment-là, l’intérêt d’une taxe carbone, d’une taxe sur les poids-lourds, de péage urbain était bien établi au niveau de l’administration française. Ensuite j’ai été invité au comité de veille écologique (devenu le conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot). Avec Jean-Marc Jancovici nous avons contribué à la rédaction du Pacte Ecologique de Nicolas Hulot.  Nous créons Carbone4  en 2007, avec une ambition simple : faire monter dans les étages hiérarchiques des entreprises la problématique climat-énergie. Nous étions alors convaincus que les entreprises ne peuvent traiter un problème qu’elles ne savent mesurer ou a minima évaluer, ce qui est l’un des intérêts du bilan carbone, outil créé par Jean-Marc Jancovici. J’ai ensuite participé au Grenelle de l’Environnement. J’ai  fait partie de la commission sur la valeur tutélaire du carbone présidée par Alain Quinet (voir le rapport ici). C’est là que les montants à envisager pour la France (32 euros la tonne de CO2 au démarrage, croissant à 100 euros la tonne en 2030) ont été décidés. J’ai ensuite participé aux travaux de la commission Rocard sur la taxe carbone qui a proposé le dispositif  voté par l’Assemblée nationale fin 2009 et censuré par le Conseil Constitutionnel en janvier 2010.  J’ai également fait partie de la commission grand emprunt présidée par Alain Juppé et Michel Rocard  fin 2009) dont est née le commissariat général à l’Investissement.  Il a alors été décidé de « sanctuariser » 35 milliards d’euros soit en capital soit en financements nouveaux pour une série d’investissements dont une partie  (environ 5 milliards) « fléchée «  développement durable. Je me suis alors rendu compte du poids de l’orthodoxie financière : l’administration du Trésor a imposé un financement très classique par émission de dette publique et la commission n’a pas été consultée sur des dispositifs alternatifs.

Nous avons écrit avec Dominique Bourg (tous les deux membres du Conseil scientifique de la FNH, Dominique Bourg en étant le Vice-Président) le livre Entreprises et environnement, qui visait à faire le point sur les actions possibles des entreprises dans le domaine de l’environnement. Avec Patrick Criqui et Benoit Faraco nous avons rédigé le livre Les états et le carbone qui fait le tour des politiques possibles en matière de changement climatique.

En 2009 nous écrivons avec Jean-Marc Jancovici le livre C’est maintenant. Un plaidoyer pour un plan Marshall financé par les moyens « hétérodoxes «  qu’on ne se permet d’utiliser qu’ en période de guerre et de reconstruction. Le livre comporte un chapitre d’économie très pédagogique qui utilise la métaphore de l’Ile de Pâques pour montrer que l’argent ne se mange pas. Avec Marion Cohen à la FNH nous avons alors lancé en 2010 une initiative « Financer l’avenir sans creuser la dette ». Le but était de montrer qu’il était possible de concevoir des dispositifs adaptés de financement de la transition énergétique et écologique en respectant le traité européen, au moins sur la forme. La même année Jean-Marc Jancovici crée le think tank The Shift Project, visant à convaincre les grandes entreprises et les décideurs politiques français et européens de lancer le grand projet de la décarbonation de l’économie européenne. En 2012 Gael Giraud me demande de rédiger deux chapitres de la nouvelle édition de 20 propositions pour réformer le capitalisme. Ce livre fait le tour des différentes mesures à prendre pour mettre la finance au service de l’économie, et l’économie au service de l’homme. L’optique est délibérément réformiste : l’alternative qui consisterait à vouloir « sortir du capitalisme » semblant aussi utopique que vaine aujourd’hui.

En 2013, j’accepte la présidence du comité des experts du Débat national de la transition énergétique. A l’issue du débat, nous créons avec Gaël Giraud et  Michel Lepetit  l’association AFTER visant à étudier un mécanisme proposé dans le cadre du débat par Gaël Giraud, la Société de Financement de la Transition Energétique. Le projet Riskergy est lancé par Rodolphe Bocquet  (collaborateur de Carbone4) et Michel Lepetit en 2013.  Il conduira en 2014 à la création de la société Beyond Ratings dirigée par Rodolphe Bocquet

En 2014 la chaire Energie et prospérité , présidée par Gael Giraud est lancée. Nous écrivons avec Hélène Le Teno le livre « Miser vraiment sur la transition écologique » qui cherche à rendre compte des multiples initiatives qui contribuent à cette transition et à montrer que la transition ne concerne pas que l’énergie : nous pourrions nous tromper de solution si nous méconnaissons les impacts de ces solutions sur la biosphère.

Fin 2014, la proposition SFTE est retenue dans la « copie française » pour le plan de relance Juncker.

En 2015 au vu du contexte politique de plus en plus inquiétant et à l’inverse de l’opportunité que présente la conférence climat de Paris, nous décidons avec Gaël Giraud de tenter l’aventure de la construction d’un « cours d’économie » pour (jeunes) décideurs. Nous envisageons de créer la structure réalisant ce projet, en étroite collaboration avec la chaire énergie et prospérité courant 2015.

En mars 2015, j’accepte de coprésider avec Pascal Canfin une mission de conseil au près du président de la République sur les financements innovants pour le climat dans le cadre de la préparation de la COP21. Le rapport est diffusé en amont de la COP21 et est utilisé par les différentes parties dans les négociations. Le succès de la COP21 (conjointement à la loi de transition qui équipe notamment la France dans son article 173 d’une obligation pour les entreprises et les investisseurs de publier le bilan carbone de leurs actifs et des actions pour réduire les émissions de leurs portefeuilles, article qui donne beaucoup de grain à moudre aux financiers ces mois-ci) génère une grande activité gouvernementale et privée autour de la transition.

Depuis, la question du financement de la transition énergétique est au centre de nombreuses conférences et articles

En mars 2016, face à l’échec répété des politiques monétaires de la BCE, nous rejoignons QE for People et lançons l’appel green QE.

Laisser un commentaire

journal

Bibliothèque et papiers de référence