Home
»
Tag : Energie
ic_flame

Energie

Energie : faut-il vraiment craindre le risque de pénurie?
De : Marion Cohen, Alain Grandjean

Catégories :
9 Nov 2023

Depuis le début des années 70, avec la crise du pétrole apparue un peu après le rapport Meadows, nous vivons dans la peur de manquer de pétrole et plus généralement d’énergie. Cette peur a été ravivée par la guerre de l’Ukraine. Il est vrai que nous devons à l’énergie notre confort, notre santé et les progrès incessants de notre vie matérielle. Il est vrai aussi que la croissance exponentielle de la consommation d’une ressource planétaire finit nécessairement par en épuiser le stock. C’est vrai pour les ressources épuisables[1] comme pour les ressources dites renouvelables (à partir du moment où le rythme de la croissance de la consommation est supérieur à celui de la régénération de la ressource : pêcher plus vite les poissons qu’ils ne mettent de temps à se reproduire)

A quand la fin du pétrole ?
De : Alain Grandjean

14 Avr 2023

Dès les premiers jours du christianisme on se pose la question de la fin du monde : le Jugement Dernier nous prendra-t-il par surprise, « comme un voleur dans la nuit » disent les évangiles, ou l'humanité sera-t-elle prévenue par une série de catastrophes, comme le prédit l'Apocalypse ? C'est le même débat que l'on retrouve, transposé en termes plus modernes, dans la question de la fin du pétrole, et plus généralement de l'épuisement de toutes les ressources non renouvelables qui font vivre le monde actuel : il y a les combustibles fossiles, pétrole, gaz, charbon, qui nous permettent une débauche d'énergie sans précédent, mais aussi les minerais, des plus humbles comme le sable aux plus recherchés comme les terres rares, qui permettent à notre civilisation de fonctionner. Leur épuisement sera la fin du monde tel que nous le connaissons, et il s'agit de...

Quels enjeux économiques pour l’industrie nucléaire?
De : Alain Grandjean

2 Sep 2020

Cette note, rédigée avec Farah Hariri, docteur en physique nucléaire, vise à proposer une orientation pour la stratégie nucléaire française.  Après un rappel du contexte nucléaire global et de la décision de neutralité carbone à horizon 2050, elle fait le point sur le parc actuel, les extensions envisagées et conclut sur des propositions. Cette note est parue dans la lettre d’Enerpresse Le Quotidien de l’Energie (n° 12648– 03/09/20).

Télécharger la note.

 

Nucléaire et EnR électriques : les termes du débat
De : Alain Grandjean

28 Fév 2020

Suite au lancement demandé par le gouvernement d’une étude sur la construction de 6 nouveaux EPR en France, j’ai participé à l’écriture de deux articles pour Enerpresse : Peut-on se passer de nucléaire en France ? [1] (appelé par la suite article GLP) et La montée en puissance des énergies renouvelables électriques ne nous mettra pas sur la paille [2](article GQS). Ces deux articles visaient à comparer le coût et la faisabilité d’un mix électrique principalement ENR à un mix 50% nucléaire. Malgré des horizons de temps, des hypothèses de consommation et de choix de moyens de production différents, ces deux articles parviennent à des conclusions similaires. Les coûts des deux mix sont comparables, ce qui rend caduque un des...

 

La montée en puissance des ENR électriques ne nous mettra pas sur la paille !
De : Alain Grandjean

28 Jan 2020

Le gouvernement a demandé en septembre 2019 au PDG d’EDF de lancer une étude visant à évaluer la capacité de la filière nucléaire à construire 6 EPR en France tout en précisant qu’aucune décision n’était prise. La ministre de l’énergie Elisabeth Borne a indiqué le 8 janvier 2020 que la décision de construire ou non de nouveaux réacteurs nucléaires EPR en France ne sera pas prise avant fin 2022. Néanmoins le débat est réouvert : est-il opportun de se lancer dans cette aventure, même s’il est clair que le nucléaire est bas-carbone ce dont nous ne discuterons pas ici ? N’est-il pas préférable d’attendre de disposer soit d’un nucléaire compétitif et sûr soit de certitudes raisonnables sur le coût du stockage de l’électricité ? Et, en attendant, de remplacer par des énergies renouvelables électrique (ENRé), les réacteurs déclassés en...

 

Peut-on se passer de nucléaire en France ?
De : Alain Grandjean

17 Jan 2020

Créer ou non un parc de nouveaux réacteurs nucléaires constituera, dans les prochaines années, un choix majeur pour l’avenir énergétique de la France.  Le parc existant a produit sur 19 sites 380 térawattheures (TWh), soit 380 milliards de kilowattheures (kWh) par an ces dernières années. Il est prévu de ramener à 50 % la part du nucléaire dans la production d’électricité. Indépendamment de toute décision politique, les centrales existantes ne pourront pas être prolongées indéfiniment. Par ailleurs, l’exigence de réduction des émissions de CO2, et donc d’utilisation directe de combustibles et carburants fossiles dans les bâtiments, l’industrie et les transports conduira à une électrification accrue des consommations d’énergie dans ces trois secteurs, y compris une électrification de la production de l’hydrogène et une accentuation de son...

 

Les déchets nucléaires : comment sortir de l’économie du plutonium ?
De : Alain Grandjean

17 Avr 2019

Le débat national lancé ce mercredi 17 avril est l’occasion de reprendre à la base la problématique de la gestion des déchets nucléaires. La stratégie française actuelle nous conduit en effet à une véritable «économie du plutonium » dont les inconvénients sont majeurs. Mais il est encore temps de chercher des solutions nouvelles pour fermer le cycle du combustible d’une façon acceptable pour la société et pour réduire l’emprise du stockage géologique profond. Pour ce faire, il est impératif de revenir sur les 3 axes de recherche de la loi Bataille de 1991 et d’explorer toutes les voies alternatives au choix français de transmutation par réacteurs rapides de GEN4. Dans un article publié avec Farah Hariri dans la lettre d’Enerpresse Le Quotidien de l’Energie (n°12305,...

 

Décarboner le bâtiment, sans oublier ses émissions indirectes
De : Alain Grandjean

25 Juil 2018

J'ai publié dans le numéro d'avril de la Série Responsabilité & Environnement des Annales des mines un article consacré à la décarbonation du batiment avec Julie Daunay et Roman Ledoux dont voici le résumé. Pour lutter contre le dérèglement climatique, la France s’est engagée, il y a plus de dix ans, à diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre (GES), d’ici à 2050 (par rapport à 1990). Cet objectif a été réaffirmé dans la loi de Transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), et décliné en sous-objectifs de réduction des consommations d’énergie, en particulier fossiles, et de hausse de la part des énergies renouvelables dans la consommation nale d’énergie. Il est facile de démontrer que, globalement, la lutte contre le changement climatique repose sur deux leviers clés : la décarbonation des sources d’énergie et la...

 
Tags :   climat Energie

Détruire la nature : est-ce le prix du progrès ?
De : Alain Grandjean

25 Mai 2018

« Non ce n’était pas mieux avant », « Le monde va beaucoup mieux que vous ne le croyez » ces deux livres récents[1] mettent en évidence, statistiques convaincantes à l’appui, que la condition humaine (il s’agit bien d’une vision mondiale) a fait des progrès gigantesques, notamment dans les derniers siècles. L’économiste Jean Gadrey, quant à lui, vient d’écrire dans deux billets successifs que le monde va mieux selon certains critères, et bien mal selon d’autres. Le constat des progrès est en général posé avec le but louable de contrer le pessimisme ambiant (dont on peut penser qu’il coupe les ailes à un engagement plus que jamais nécessaire[2]) et de redonner de l’optimisme ou de l’espoir

Croissance verte versus décroissance du fossile : la face sombre de la transition
De : Alain Grandjean

29 Août 2017

La transition énergétique est souvent identifiée à la production d’énergie renouvelable. Or une simple question montre un paradoxe évident : la production d’énergie réduit-elle les émissions de gaz à effet de serre ? Cette question peut sembler sans intérêt puisque la poser c’est y répondre : toute production d’énergie y compris renouvelable et nucléaire augmente les émissions de GES. La construction des moyens de production (panneaux solaires, centrale nucléaire, éolienne, centrale hydroélectrique etc.), consomme de l’énergie dont la majeure partie est aujourd’hui d’origine fossile. Cette évidence se mesure précisément par des démarches d’analyse de cycle de vie (qui permettent de calculer à chaque étape d’un processus les émissions de GES). Des bases de données, dont la plus connue en France est celle de l’ADEME,...

journal

Bibliothèque et papiers de référence