Quels enjeux économiques pour l’industrie nucléaire?
De : Alain Grandjean

nucleaire-en-france
2 Sep 2020

Cette note, rédigée avec Farah Hariri, docteur en physique nucléaire, vise à proposer une orientation pour la stratégie nucléaire française.  Après un rappel du contexte nucléaire global et de la décision de neutralité carbone à horizon 2050, elle fait le point sur le parc actuel, les extensions envisagées et conclut sur des propositions. Cette note est parue dans la lettre d’Enerpresse Le Quotidien de l’Energie (n° 12648– 03/09/20).

Télécharger la note.

 

Nucléaire et EnR électriques : les termes du débat
De : Alain Grandjean

Couverture du livre paru chez Itak Jeunesse
28 Fév 2020

Suite au lancement demandé par le gouvernement d’une étude sur la construction de 6 nouveaux EPR en France, j’ai participé à l’écriture de deux articles pour Enerpresse : Peut-on se passer de nucléaire en France ? [1] (appelé par la suite article GLP) et La montée en puissance des énergies renouvelables électriques ne nous mettra pas sur la paille [2](article GQS). Ces deux articles visaient à comparer le coût et la faisabilité d’un mix électrique principalement ENR à un mix 50% nucléaire. Malgré des horizons de temps, des hypothèses de consommation et de choix de moyens de production différents, ces deux articles parviennent à des conclusions similaires. Les coûts des deux mix sont comparables, ce qui rend caduque un des...

 

La montée en puissance des ENR électriques ne nous mettra pas sur la paille !
De : Alain Grandjean

simpsons-nucleaire-trajectoire-2-degres
28 Jan 2020

Le gouvernement a demandé en septembre 2019 au PDG d’EDF de lancer une étude visant à évaluer la capacité de la filière nucléaire à construire 6 EPR en France tout en précisant qu’aucune décision n’était prise. La ministre de l’énergie Elisabeth Borne a indiqué le 8 janvier 2020 que la décision de construire ou non de nouveaux réacteurs nucléaires EPR en France ne sera pas prise avant fin 2022. Néanmoins le débat est réouvert : est-il opportun de se lancer dans cette aventure, même s’il est clair que le nucléaire est bas-carbone ce dont nous ne discuterons pas ici ? N’est-il pas préférable d’attendre de disposer soit d’un nucléaire compétitif et sûr soit de certitudes raisonnables sur le coût du stockage de l’électricité ? Et, en attendant, de remplacer par des énergies renouvelables électrique (ENRé), les réacteurs déclassés en...

 

Peut-on se passer de nucléaire en France ?
De : Alain Grandjean

Installation nucléaire de Pierrelatte, le 25 novembre 2011 (WITT/SIPA)
17 Jan 2020

Créer ou non un parc de nouveaux réacteurs nucléaires constituera, dans les prochaines années, un choix majeur pour l’avenir énergétique de la France.  Le parc existant a produit sur 19 sites 380 térawattheures (TWh), soit 380 milliards de kilowattheures (kWh) par an ces dernières années. Il est prévu de ramener à 50 % la part du nucléaire dans la production d’électricité. Indépendamment de toute décision politique, les centrales existantes ne pourront pas être prolongées indéfiniment. Par ailleurs, l’exigence de réduction des émissions de CO2, et donc d’utilisation directe de combustibles et carburants fossiles dans les bâtiments, l’industrie et les transports conduira à une électrification accrue des consommations d’énergie dans ces trois secteurs, y compris une électrification de la production de l’hydrogène et une accentuation de son...

 

Les déchets nucléaires : comment sortir de l’économie du plutonium ?
De : Alain Grandjean

CNPE DE DAMPIERRE
17 Avr 2019

Le débat national lancé ce mercredi 17 avril est l’occasion de reprendre à la base la problématique de la gestion des déchets nucléaires. La stratégie française actuelle nous conduit en effet à une véritable «économie du plutonium » dont les inconvénients sont majeurs. Mais il est encore temps de chercher des solutions nouvelles pour fermer le cycle du combustible d’une façon acceptable pour la société et pour réduire l’emprise du stockage géologique profond. Pour ce faire, il est impératif de revenir sur les 3 axes de recherche de la loi Bataille de 1991 et d’explorer toutes les voies alternatives au choix français de transmutation par réacteurs rapides de GEN4. Dans un article publié avec Farah Hariri dans la lettre d’Enerpresse Le Quotidien de l’Energie (n°12305,...

 

Que pourrait signifier 50 % de nucléaire à 2035 pour le parc nucléaire existant ?
De : Alain Grandjean

CNPE DE DAMPIERRE
14 Sep 2018

Suite à la récente annonce du premier Ministre concernant la "constitution d’un mix énergétique à l’horizon de 2035 avec 50 % de nucléaire" Sébastien Timsit, responsable du pôle énergie de Carbone 4 a publié avec mon concours une tribune dans la lettre d'Enerpresse Le Quotidien de l'Energie (n°12158, 14 septembre 2018). L’objet de cet article est de fournir quelques ordres de grandeur permettant d’illustrer un peu plus concrètement ce que signifierait cette annonce pour le mix électrique si on considérait que "l’horizon 2035" correspondait précisément à l’année 2035. Nous analysons en particulier ce que pourrait représenter 50 % de production d’électricité nucléaire en 2035 en volume d’électricité et en...

L’avenir radieux de l’énergie solaire photovoltaïque
De : Alain Grandjean

afriqueexpansion.com
18 Déc 2017

Alors que l’énergie solaire est encore marginale dans le mix énergétique mondial,  sa croissance spectaculaire et fondée sur des bases très solides en fait un vecteur clef de la transition énergétique mondiale. Ce n’est par hasard que l’association des anciens élèves de l’Ecole Polytechnique consacre un numéro spécial de sa revue aux énergies renouvelables électriques et au solaire en particulier.  La France et l’Europe ne doivent pas rater ce mouvement et reprendre une place d’acteurs majeurs d’une partie significative de la chaine de valeur et, bien sûr, du stockage électrique qui est la clef du succès final.
Nous allons ici situer les ordres de grandeur en jeu, sur différents plans, tordre le coup à quelques idées reçues et proposer quelques mesures essentielles de politique publique  pour...

Report au-delà de 2025 de la date de limitation à 50% du nucléaire : une décision responsable et courageuse
De : Alain Grandjean

CNPE DE DAMPIERRE
21 Nov 2017

J'ai proposé à Jean Gadrey, qui l’a accepté,  de répondre sur son blog, suite à ses deux posts (voir ici et ici) critiquant l’entretien que j’ai réalisé pour Alternatives Economiques. La réponse ce trouve ci-après et sur le blog de Jean.  L'entretien pour Alternatives Economiques portait sur la stratégie énergétique de la France et en particulier sur le nucléaire. Il est paru le 8 novembre, soit le lendemain de l’annonce de Nicolas Hulot relative à la décision de reporter au-delà de 2025 la date de limitation à 50% du nucléaire dans le mix électrique. Sachant que j’ai déjà beaucoup écrit et communiqué sur cette question (voir par exemple les...

La chasse aux gaz à effet de serre en France, quelles priorités ?
De : Alain Grandjean

Source : Les Echos
16 Nov 2017

Les récentes déclarations de Nicolas Hulot reportant la date de réduction de la part du nucléaire au-delà de 2025, au moment de la COP23, ont conduit à des interventions créant la plus grande confusion sur le lien entre nucléaire et climat.  Ce court post a un seul but : rappeler quels sont les enjeux pour la France en matière de réduction des émissions des gaz à effet de serre (en se concentrant sur les émissions directes et donc sans tenir compte de ses émissions importées, issues de la fabrication des produits consommés en France qui croissent régulièrement).

Commençons par le panorama des GES en 2015, tel que le fait l’organisme habilité en la matière, le CITEPA.

 

[caption...

Nucléaire : une feuille de route pour ouvrir une vraie alternative
De : Alain Grandjean

CNPE DE DAMPIERRE
6 Sep 2017

Je viens de publier dans le n°11900  d'Enerpresse,  un article qui propose une feuille de route pour le nucléaire. Cette proposition vise à sortir de l'impasse dans laquelle la politique énergétique française est aujourd'hui engluée. Et du dialogue de sourds entre ceux qui feignent d'ignorer l'objectif (voté dans la loi de transition énergétique et reprise dans le programme du président de la République) de réduction de 50% en 2025 de la part du nucléaire dans le mix électrique  français,  et ceux qui veulent respecter ces mêmes objectifs à la lettre sans tenir compte  de ses conséquences sociales, économiques et en termes d'émissions de GES. ll s'agit en résumé de se mettre en position de créer une véritable alternative et les conditions (qui ne sont pas réunies aujourd'hui) d'un choix rationnel....

journal

Bibliothèque et papiers de référence