Les liens entre PIB et énergie dans une trajectoire +2°C
De : Marion Cohen, Alain Grandjean

La contrainte énergie en économie
17 Avr 2017

[Voir l'article en PDF] Que peut-on affirmer (et ne pas affirmer) sur les liens entre énergie et PIB ? La question est aiguë aujourd’hui car nous sommes face à de nombreux défis et de nombreuses interrogations.

- On sait qu’il est impossible de rester « sous les deux degrés » sans baisse de la consommation d’énergie dans les pays développés[1]. Cette baisse est-elle possible au bon rythme ?

- D’éventuelles contraintes sur l’approvisionnement énergétique sont-elles de nature à limiter le réchauffement climatique ?

- La baisse actuelle du taux de croissance mondiale et de ses perspectives suscitent de nombreux débats : vivons-nous une période de stagnation séculaire ? Si oui pourquoi ? Pourrait-elle être due...

Nucléaire : le besoin impérieux d’une feuille de route ambitieuse mais réaliste
De : Alain Grandjean

nucleaire-en-france
4 Fév 2016

 Le récent post des Chroniques de l'anthropocène sur le caractère irréaliste de l’objectif à 50 % de part du nucléaire en 2025 a suscité de nombreux commentaires, dont ceux, détaillés de Benjamin Dessus et Bernard Laponche, nommés BDBL dans la suite, puis les commentaires aux commentaires, d'autres sur les réseaux sociaux, et beaucoup, privés, par email. Certains rappellent que la question du nucléaire n’est pas la question centrale de la transition énergétique. Je partage ce point de vue -je ne cesse d’insister sur la nécessaire baisse de notre consommation d’énergie- tout en considérant qu’elle est cependant importante, tant en termes économiques, financiers, sociaux qu’en termes industriels. D’autres pensent qu’il faut en...

50% de nucléaire en France : un objectif réaliste ?
De : Alain Grandjean

nucleaire-en-france
11 Jan 2016

Quelques calculs de coin de table[1] montrent que l'objectif (inscrit dans loi de transition énergétique adoptée en 2015) de réduction à 50% de la part du nucléaire dans le mix électrique en 2025 est inatteignable. L’absence de crédibilité de cet objectif pourrait nuire à l’ensemble de la politique énergétique de notre pays alors que les enjeux en sont majeurs tant bien sûr pour la filière nucléaire (voir ce résumé des enjeux), que pour le développement des énergies renouvelables et pour la facture des ménages. Ce serait vraiment regrettable au lendemain de la signature de l’accord de Paris.

La loi de transition énergétique s’inscrit dans le cadre des objectifs français de réduction des émissions de GES (par rapport à 1990) d’une...

La place du nucléaire dans une trajectoire 2 degrés
De : Alain Grandjean

simpsons-nucleaire-trajectoire-2-degres
29 Déc 2015

Les politiques énergétiques jouent un rôle déterminant[1] dans l’atteinte des objectifs climatiques qui ont été fortement réaffirmés dans l’accord de Paris à la COP21. Deux tiers de nos émissions mondiales de GES sont dues à la combustion des énergies fossiles. Le nucléaire étant une source d’énergie peu carbonée la question de sa place dans le mix mondial et de son évolution est incontournable. Avant de l’aborder il est utile de rappeler, en quelques points, le contexte dans lequel cette question se pose.

1 Nous consommions en 2010 environ 12 GTep[2] en énergie primaire, pour 7 milliards d’habitants, soit 1,7 Tep par habitant, cette moyenne cachant une grande inégalité[3] : de quelques centaines de kep...

Carbone 4 a les honneurs du Canard enchaîné
De : Alain Grandjean

canard-une
18 Déc 2015

Dans son analyse de la COP21 (la COP est pleine, page 5) du n° 4964 du 16 décembre le Canard nous fait un grand honneur en affirmant : 

« …L’atome, si vertueusement bas carbone a bénéficié du lobbying très efficace d’Alain Grandjean et de Jean-Marc Jancovici, fondateurs de l’agence Carbone 4, dont les clients sont EDF et Engie. Ils sont allés répétant que le nucléaire représentait « une partie de la solution… » (voir scan ci-contre)

Ce mini procès en sorcellerie mérite quelques éléments de réponse ;

1 Carbone 4, cofondée en effet par Jean-Marc Jancovici et moi-même en 2007, est une société d ‘étude et de conseil (et non une agence) qui a réalisé depuis sa création des centaines de mission pour plus de...

La pénurie des fossiles peut-elle nous aider à limiter la dérive climatique ?
De : Alain Grandjean

penurie-fossile-climat
26 Mai 2014

[1] Addendum à une intervention à un  séminaire d’économie de la transition énergétique [2]

J’ai eu la chance jeudi  22 mai de pouvoir être le « discutant » d’une présentation faite par Pierre-Noël Giraud (PNG dans la suite), professeur à Mines Paris Tech et Dauphine. Le sujet étant complexe, je crois utile d’écrire noir sur blanc l’essentiel de mes propos et d’y apporter quelques précisions. Je me suis délibérément placé dans l’horizon court qui nous sépare de 2050. Car c’est dans ce délai que se joue l’enjeu de la hausse des 2°C.

1) Il y a sous terre plus d’énergie fossile qu’il n’en faut pour que nous dépassions la barre des 2° d’augmentation par rapport à 1850 de la température sur la surface de la terre.

Les chiffres me paraissent indiscutables. Selon le rapport 5 du groupe 1 du  GIEC (voir...

50% de nucléaire en 2025 : le noeud gordien de la loi « transition énergétique »
De : Alain Grandjean

Alexandre coupe le noeud gordien - Wikimedia Commons
6 Mar 2014

Edit 10 mars 2014 : // Suite aux réactions sur Twitter, j'ai fait une petite modification et ajouté une note de bas de page (ci-après en rouge). Merci pour les échanges et les commentaires. AG. //

L’une des clefs de l’accord politique entre le PS et les Verts est l’engagement pris par le PS de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité française en 2025, engagement réaffirmé à plusieurs occasions par le président de la République.

Cet engagement est-il tenable à cet horizon ? Peut-il être tenu sans fermer de centrales nucléaires (Fessenheim, dont la fermeture fait également partie du « deal » et d'éventuelles autres) ?

Certains acteurs affirment que ce serait possible, simplement par le jeu de la croissance de la consommation d’ici cette...

Transition énergétique : le gouvernement doit tracer un cap ambitieux et clair
De : Alain Grandjean

contribution-debat-transition
21 Juil 2013

[Article publié dans le Nouvel Observateur]

Le Débat National sur la Transition Énergétique se termine avec plus de 150 propositions d’actions, dont une dizaine ne font pas consensus. Certes, ce ne sont pas les moins importantes. Mais en déduire que ce débat est un échec, comme le titrent certains médias, est une contre-vérité, blessante pour tous ceux qui sont engagés ensemble pour réfléchir à l’avenir de la France.

Sur la forme, rappelons d'abord que la synthèse produite le 18 juillet a bien été signée par tous les acteurs (regroupés dans sept collèges), à l’exception du syndicat FO, qui avait pris cette décision de principe depuis fort longtemps (Voir l'article)....

Synthèse du Debat National sur la Transition Energétique
De : Alain Grandjean

Capture d’écran 2014-03-12 à 11.53.04
21 Juil 2013

Voici la synthèse finale des débats du Debat National sur la Transition Energétique, suite à la réunion du 18 juillet 2013. Contrairement à ce qui a été affirmé par certains medias, la réunion a été de bonne qualité et faite comme les précédentes dans un esprit de compromis entre les parties prenantes. Seul le syndicat FO avait (et ce depuis longtemps) indiqué qu'il ne signerait aucun document issu de ce débat. Les documents complémentaires (annexes et compilation des travaux des experts) sont ou seront disponibles sur le site du débat.

La structuration de la synthèse en 15 enjeux thématiques fait de ce document un bon support pédagogique pour couvrir une bonne partie des sujets essentiels.

La partie qui nous intéresse le plus est évidemment le point 11, qui présente les possibilités de...

Transition énergétique : le gouvernement sait-il où il va ?
De : Alain Grandjean

gouverner-cest-choisir-debat-national-transition-energetique
15 Juil 2013

Le débat sur la transition énergétique va se conclure le 18 juillet. Il en ressort[1] qu’il serait possible, techniquement économiquement et financièrement  de mettre le pays sur la voie d’un nouveau modèle  énergétique, reposant sur quatre piliers : 

  • une réduction de la consommation d’énergie de l’ordre de 2% par an, avec une priorité massive dans les bâtiments et le transport
  • une diversification du mix énergétique avec une montée en puissance progressive des énergies renouvelables (ER), dans le sillage de ce qui se passe au niveau mondial[2]
  • une plus grande implication des territoires dans la définition et la mise en œuvre de projets locaux
  • des dispositifs innovants de financement pour des opérations à rentabilité...

journal

Bibliothèque et papiers de référence