Home
»
Tag : Dette publique
ic_flame

Dette publique

Lettre ouverte au gouvernement : libérons l’investissement vert !
De : Alain Grandjean

Alternatives Economiques
3 Sep 2018

Suite à la publication de la tribune "On ne fera pas plus d’écologie avec moins de moyens", nous avons avec Gaël Giraud été à l'origine d'un appel au gouvernement pour libérer l'investissement vert. Réalisé avec l'appui d'Alternatives Economiques cet appel a déjà reçu le soutien d'une centaine de personnalités issues d'univers très variés (entreprise, association, politique, syndicat, recherche etc.) Si comme nous, vous êtes persuadé de l'importance de lancer enfin la transition écologique signez l'appel et relayez-le !!

Voici le communiqué de presse qui restitue notre propos.

A la suite de la démission de Nicolas Hulot et à la veille de la nomination d’un nouveau ministre de...

Le pacte finance-climat : quelles options ?
De : Alain Grandjean

Pacte Finance Climat
24 Juil 2018

Le climatologue Jean Jouzel et l’économiste Pierre Larrouturou ont lancé un appel en décembre 2017 pour que la finance soit mobilisée au service de la cause climatique, l’une des seules qui soient en outre de nature à sortir l’Europe du marasme actuel. Le but de cet article est de discuter des options de financement envisageables[1]. Rappelons que les estimations des besoins en investissements annuels nécessaires pour la transition énergétique sont de l’ordre de 2 % à 5% du PIB européen[2]. Pour la France le montant est estimé par I4CE dans une fourchette de 45-75 milliards annuels (soit 2 à 3% du PIB) dont la moitié relève du secteur...

Votation « Monnaie pleine » en Suisse. 1/2 – Comprendre les données du débat
De : Alain Grandjean

Initiative Monnaie Pleine
6 Juin 2018

Nous savons que la monnaie scripturale (85 % de la monnaie en circulation[1]) est créée par les banques commerciales (privées ou publiques), contrairement aux billets qui le sont par les banques centrales. Cette organisation n’est pas sans inconvénients, dénoncés par des économistes comme Irving Fisher et Maurice Allais (le premier « prix Nobel » d’économie français), l’association Positive Money, l’association Chômage et Monnaie… et les promoteurs de l’initiative « monnaie pleine » en Suisse (dont je vous invite à visiter le site qui dispose d’analyses, d’outils pédagogiques et d’engagement). Cette initiative, possible en Suisse, du fait de sa...

Investir dans le rail : une ardente obligation pour la transition énergétique
De : Alain Grandjean

train
17 Avr 2018

Atteindre les objectifs de la France en matière de lutte contre le changement climatique nécessite une réduction radicale de ses émissions dans les décennies à venir. Tous les leviers devront être actionnés. Dans le domaine du transport (qui représente environ 30% des émissions de gaz à effet de serre de la France), il va falloir continuer à encourager la marche à pied, le vélo (éventuellement à assistance électrique), le développement de la motorisation bas-carbone, le partage des véhicules et le transport collectif.

Mais à l’évidence le rail aura une place croissante pour atteindre cet objectif. En France, où l’électricité a un faible contenu carbone, le ferroviaire est encore plus qu’ailleurs un mode de transport très bas-carbone, comme le montre le tableau suivant et, plus généralement, peu...

Sortir du piège de la dette publique
De : Alain Grandjean

Illustration de Caglecartoons
3 Mar 2017

La dette publique française agite les marchés. Comme le dit le banquier Marc Fiorentino[1] :

« Comment sait-on que la dette française est au centre des attentions des investisseurs ? Par les volumes traités. On traite actuellement sur les marchés des volumes record sur la dette française. Des volumes que nous n’avions pas vus depuis la crise de la zone euro. Juste pour vous donner une idée de l’ampleur du phénomène, il se traite chaque jour en février 16 milliards d’euros de dette française, il y a un an, c’était la moitié exactement. C’est une progression spectaculaire. Et la différence de taux avec l’Allemagne est au plus haut depuis 4 ans. »

Comment en serait-il autrement à proximité d'échéances électorales où Marine Le Pen pourrait gagner ? Et où, comme il y a 5 ans, les « marchés », dit...

Sauver l’Europe d’elle-même : les options pour sortir de l’impasse
De : Alain Grandjean

options-impasse-europe
4 Jan 2017

Les présidentielles pourraient bien réveiller le débat sur l’Europe et l’Euro, ce qui serait salutaire, tant les programmes économiques en lice sont déterminés par l’attitude à prendre sur ce sujet. Ce post vise principalement à poser un diagnostic économique  et se limite à une esquisse de quelques pistes de solution pour sortir de "l'étrange suicide de l'Europe".

Le refus du débat comme à l’époque où Jean-Paul Fitoussi publiait Le débat interdit (c’était alors sur la politique du franc fort préparatoire à l’Euro) est très dangereux. La raison invoquée pour que ne soit pas critiqué l’Euro est toujours la même : ce serait être au choix fasciste, populiste, nationaliste, contre l’Europe. L’assimilation du vote au référendum sur le Traité de Maastricht ou sur le traité...

La « monnaie libre », arme de désendettement massif
De : Alain Grandjean

comprendre-creation-monetaire-monnaie-libre
20 Déc 2016

La question monétaire suscite de nombreux débats et initiatives. Le QE de la BCE dont les effets sont discutés a suscité l’initiative QE for people. Les monnaies complémentaires et/ou locales s’installent dans le paysage. La technologie blockchain et l’expérience du bitcoin suscitent des espoirs dans les monnaies électroniques sans autorité centrale. Cette note a pour but de mettre en évidence une propriété cruciale de certains des mécanismes de création monétaire.

Rappelons qu’aujourd’hui, dans nos pays, l’immense majorité de la monnaie qui circule dans l’économie est créée par les banques dites secondaires ; la banque centrale crée les billets de banque (qui sont diffusés par les banques secondaires) et la...

Notre démocratie peut reprendre le contrôle de la Finance et choisir son avenir
De : Billet invité

union-europeenne epines500
15 Oct 2016

Billet invité: Michel Crinetz.

Michel Crinetz, ancien superviseur financier, aborde ici l’un des thèmes que nous avons développé dans notre livre « Financer la Transition Energétique » : l’inversion des tutelles entre Etat et marchés financiers. Le texte ci-après a fait l’objet d’un enregistrement vidéo aux Tables Rondes Citoyennes Finance , que nous remercions ici, le 1er Octobre.

En 1945, la démocratie française a pris le contrôle de la Finance et créé les 30 glorieuses. Puis elle a abandonné ce pouvoir aux financiers. Elle peut le reprendre. [Voir aussi sur ce blog les papiers des catégories "Gestion de la dette", "Réguler la finance", "Création monétaire" et "

Les Papiers de Panama, ou comment le libéralisme a besoin de l’Etat
De : Mireille Martini

Catégories :
"Ces pratiques scandaleuses doivent cesser. Vivement la mort de la presse" Chappatte
9 Avr 2016

Le scandale de la fraude fiscale vient d’être porté à la connaissance du grand public par des révélations anonymes et grâce au travail des journalistes. Plus exactement, c’est l’ampleur de la fraude qui vient d’être mise à jour : au-delà des grandes fortunes des magnats du pétrole, les fichiers découverts contiendraient des milliers de « petits comptes », et comme l’a montré le remarquable documentaire « Cash Investigation », "monsieur tout le monde", aujourd’hui en France, peut ouvrir un compte off shore en quelques clics avec quelques dizaines de milliers d’euros.

Jamais sans l’Etat ?

La faillite de l’Etat dans son rôle de percepteur est ainsi mise à jour : mais la révélation du scandale est une excellente nouvelle, elle annonce un tournant : le système, soumis à des forces contraires, implose. Car nos...

Pourquoi monnaie, crédit et finance doivent être au cœur de la macroéconomie ?
De : Alain Grandjean

credit-immobilier-monnaie
31 Août 2014

Les deux omissions les plus importantes du raisonnement économique « main stream » concernent les ressources naturelles et tout particulièrement l’énergie et le triptyque monnaie-crédit-finance. Les physiciens, écologues et autres scientifiques qui s’intéressent à l’économie pourraient avoir la tentation, en réintroduisant l’énergie et les ressources naturelles dans le raisonnement économique, de  supposer implicitement, comme les économistes  classiques et néoclassiques, que les phénomènes monétaires et financiers, non physiques, ne comptent pas (au moins sur le long terme).

 L’économie pourrait donc être réduite à sa sphère « réelle[1] » :

  • des consommations d’énergie et de ressources naturelles (et plus généralement des destructions d’écosystèmes, des dérèglements de régulations...

journal

Bibliothèque et papiers de référence