Home
»
Tag : Croissance économique
ic_flame

Croissance économique

Crise écologique : notre cerveau n’est pas programmé pour se la représenter !
De : Billet invité

.
13 Oct 2017

La petite histoire suivante montre à quel point le cerveau humain peine à entrevoir la spécificité de la croissance exponentielle. Le Grand Vizir Sissa ben Dahir, inventeur supposé du jeu d’échec, aurait répondu au roi indien Shirham qui lui demandait quelle récompense il souhaitait, : « Majesté, je serais heureux si vous m'offriez un grain de blé que je placerais sur la première case de l'échiquier, deux grains sur la deuxième case, quatre grains sur la troisième, huit grains sur la quatrième, et autant de grains de blé qu’il serait possible de poser en couvrant  ainsi de suite les soixante-quatre cases ».  Le roi a du sûrement penser :  « 1, 2, 4, 8, 16, 32… » , imaginant dans sa tête les 6 premières cases… Il répondit à son vizir inventeur «  Pas de problème ! Et c'est tout ce que tu souhaites Sissa, espèce d'idiot ? ».
Le roi...

La baisse tendancielle du taux de croissance par Jean Gadrey
De : Alain Grandjean

Catégories :
jean-gadrey
17 Nov 2009

A propos de Paul Gadrey, inutile de répéter ce qu'on peut lire sur Wikipédia.

Voilà un économiste qui n'est pas soumis à la pensée dominante, qui étudie les données chiffrées avec sérieux et recul, un membre de la commission stiglitz, grand spécialiste français des nouveaux indicateurs de richesse (Lire "Les nouveaux indicateurs de richesse", Jany Catrice et Paul Gadrey) et de l'économie des services.

Signalons son excellente série d'articles sur la baisse tendancielle du taux de croissance (4 en tout) ...

Consultable sur son blog.

Les relations de dépendance entre croissance économique et équilibres écologiques
De : Alain Grandjean

Capture d'écran du film "Le syndrome du Titanic"
21 Sep 2009

Paru dans les cahiers de Friedland, par Alain Grandjean le 01/09/08 (Voir en ligne avec d'autres publications du CVE)

"L'humanité a inversé son rapport à la nature en pensant "mettre au pas" cette dernière grâce à la science et à la technique. Une raison économique en est aussi la cause : les limites de notre système comptable.

Le paysan du Danube savait que sa survie dépendait entièrement de la nature ; il ne faisait dépendre de son travail et de son ingéniosité que les progrès de sa condition. Il savait ou a minima sentait en quoi il dépendait de la météo, du bon état des sols, du comportement des "nuisibles", petits ou gros... Nous avons perdu ce bon sens originel pour plusieurs raisons...

journal

Bibliothèque et papiers de référence