flame

Les actualités

« Une santé, une planète » – L’exemple du virus West Nile
De : Guy Grandjean

Illustration issue du blog Rouges-jardins.com
1 Juin 2017

Eté 1999 – Epidémie sur New York

Il pleut des oiseaux sur New-York, et sur le Connecticut, des centaines d'oiseaux, bientôt des milliers, dont une bonne partie sont des corbeaux. Nos amis noirs ne croasseront plus.

Au même moment, à l'hôpital Flessing, quelques personnes âgées décèdent d'une d'encéphalite virale, une inflammation du cerveau, non étiquetée. Le premier patient a été hospitalisé début août. Le médecin, Deborah Anis, envoie des prélèvements au laboratoire de New-York, et contacte le CDC d'Atlanta, la Mecque des labos américains. Un peu plus tard, le diagnostic biologique tombe : présence d'anticorps anti virus de l'encéphalite de Saint-Louis. Ce virus est transmis par des piqûres de moustique, et provoque des petites épidémies assez classiques aux Etats-Unis, surtout en été.

L'affaire semble réglée. On...

Sans fléchage, la BCE finance le réchauffement climatique
De : Alain Grandjean

Le QE sans fléchage...
21 Avr 2017

Devant l'émoi d'une partie de la société civile européenne du fait de la révélation d'un financement massif de l'industrie fossile via les programmes de création monétaire de la BCE, certains candidats prennent la parole mais la Banque de France se tait.

Nous persistons et signons : la neutralité sectorielle chère à la BCE, synonyme de Business as usual, est un frein à l'implémentation de l'accord de Paris : un portefeuille d’actions qui reflèteraient la composition du Stoxx 600 serait clairement aligné sur une trajectoire 4°C. Nous ne le rappelons jamais assez, la crise climatique qui a déjà déplacé des millions de personnes et qui menace durant les prochaines décennies des milliards d'humain et la prospérité du monde moderne est évitable. Mais...

Pourquoi la BCE serait la seule à ne pas appliquer l’article 173 ? Plaidoyer pour un green QE
De : Alain Grandjean

Green QE : la politique monétaire au service de l'avenir
19 Avr 2017

[Edit 20/04/17 Une interview sur AEF (désormais en accès libre) fait suite à et complète ce plaidoyer. Voir aussi notre page dédié au Green QE

La BCE a lancé en mars 2015 un important programment dit d’assouplissement quantitatif, consistant à acheter des obligations pour un montant mensuel de 80 milliards abaissé à 60 entre avril et décembre 2017. Ce programme est supposé durer jusqu’à la fin de l’année (et plus si nécessaire, la décision d’arrêt n’est pas prise). Il avait pour objectif annoncé de faire croître l’inflation et de participer à la relance de l’activité (par un coût du crédit extrêmement bas, les taux directeurs de la BCE étant eux-mêmes voisins de zéro).

En Juin 2016, la BCE a élargi la liste des actifs éligibles au QE pour inclure les...

De graves erreurs économiques à l’origine de la déroute social-démocrate
De : Alain Grandjean

cendre-ps-economie
18 Avr 2017

A quelques heures du premier tour des présidentielles et de l’explosion fatale du PS, il est important de comprendre les raisons d’une déroute qui est quasi-générale en Europe comme le montre Olivier Passet, directeur des synthèses économiques chez Xerfi. Il met en évidence plusieurs causes : effondrement des régimes communistes, stratégie adaptative, piège européen, échec des stratégies incrémentales, délitement du socle électoral, impréparation idéologique. Je voudrais insister ici sur ce qui me semble être la cause principale, qui fait partie de la catégorie « impréparation idéologique ». L’échec de la social-démocratie et du social-libéralisme (nous parlerons dans la suite de socialisme pour faire plus court) qui en est le frère jumeau provient principalement de profondes erreurs économiques. Que ce soit par...

Les liens entre PIB et énergie dans une trajectoire +2°C
De : Marion Cohen, Alain Grandjean

La contrainte énergie en économie
17 Avr 2017

[Voir l'article en PDF] Que peut-on affirmer (et ne pas affirmer) sur les liens entre énergie et PIB ? La question est aiguë aujourd’hui car nous sommes face à de nombreux défis et de nombreuses interrogations.

- On sait qu’il est impossible de rester « sous les deux degrés » sans baisse de la consommation d’énergie dans les pays développés[1]. Cette baisse est-elle possible au bon rythme ?

- D’éventuelles contraintes sur l’approvisionnement énergétique sont-elles de nature à limiter le réchauffement climatique ?

- La baisse actuelle du taux de croissance mondiale et de ses perspectives suscitent de nombreux débats : vivons-nous une période de stagnation séculaire ? Si oui pourquoi ? Pourrait-elle être due...

journal

Bibliothèque et papiers de référence