flame

Les actualités

Mettre le commerce au service de la transition écologique et sociale
De : Alain Grandjean

Catégories :
couv-publi-commerce-fnh-veblen
3 Oct 2019

Appels à sauver l’Amazonie, demande de suspension de la ratification de l’accord avec le Mercosur par la France et l’Irlande face à la politique environnementale de Jair Bolsonaro, mobilisations sans précédent contre le CETA... L’impact du commerce mondial sur le dérèglement climatique, la déforestation, l’avenir des agriculteurs ou la qualité des produits alimentaires est désormais un sujet impossible à éluder. Les nouveaux Eurodéputés et Commissaires européens vont devoir s’en saisir rapidement sous peine de mettre en péril le projet européen. La Fondation Nicolas Hulot et l’Institut Veblen ont décortiqué la politique commerciale européenne et entrepris de proposer une alternative au libre-échange, érigé comme un véritable dogme. Dans un

Note de lecture – Évaluation des règles budgétaires européennes par le Comité Budgétaire Européen
De : Billet invité

innover
30 Sep 2019

Le Comité Budgétaire Européen (CBE), organe consultatif indépendant de la Commission, a rendu début septembre son rapport sur l’évaluation des règles budgétaires commandé par la Commission européenne. Ollivier Bodin, contributeur régulier de notre blog, décrypte pour nous les principales conclusions et recommandations de ce document. Complexité et illisibilité des règles, échec à atteindre leurs objectifs, effets délétères sur l’activité économique et l’investissement public, réponse inadéquate aux divergences accrues des taux d’endettement public … l’analyse du CBE est très critique. Elle vient s’ajouter aux multiples voix qui appellent l’UE et ses Etats membres à investir davantage et à ne plus faire des critères de dette et...

Les défis de la voiture électrique
De : Alain Grandjean

Kirill Borisenko sur wikimedia
26 Sep 2019

Le très fort développement attendu des véhicules électriques, illustré en septembre 2019 par les annonces au salon de Francfort avec la nouvelle ID3 de Volkwagen et de nombreux autres modèles, offre un espoir réel et significatif pour décarboner les transports et réduire rapidement notre dépendance au pétrole. Les hauts niveaux d’investissements prévus dans la filière attestent de cette dynamique et laissent entrevoir une baisse significative des coûts de production. Ainsi une étude du cabinet Deloitte annonce la parité coût entre le véhicule thermique et le véhicule électrique à batterie dès 2022.

Après avoir rappelé les enjeux de la décarbonation du transport et de la mobilité nous passerons en revue trois questions régulièrement...

Le prix Nobel de Nordhaus n’est pas menacé : notre monde, lui, l’est.
De : Billet invité

+4°C, le réchauffement idéal selon Nordhaus
4 Sep 2019

Traduction d’un article de Steve Keen paru en anglais le 4/07/17 sur the Mint Magazine

Les modèles économiques qui ont reçu les plus hautes félicitations et suscité de nombreux émules ont accru le danger climatique.

L’une des caractéristiques du prix Nobel, c’est d’être irrévocable. Ceci a conduit dans le passé à des situations embarrassantes, dont la pire à ce jour fut probablement l’attribution du prix Nobel de Chimie en 1918. Il alla à Fritz Haber, qui, outre avoir découvert l’un des principaux processus entrant dans la fabrication des engrais, avait également « supervisé personnellement la première utilisation importante de chlore pour une attaque militaire en Belgique, à Ypres, en 1915, qui tua des milliers de soldats des Forces Alliées » (Karl Ritter, 2016,...

Pour les étudiants, le réveil écologique passe aussi par l’épargne
De : Billet invité

transitin-ecologique-epargne
10 Juil 2019

Dans cette tribune parue dans Investir le 6 juillet 2019, trois des initiateurs du Manifeste étudiant pour un réveil écologique” nous expliquent pourquoi l'épargne est un levier à mobiliser pour la transition écologique. 

On l’oublie parfois, à cause des abstractions des mathématiques financières, mais la finance est avant tout un pari. On parie sur la direction que prendra le futur, et on investit dans ce qui a le plus de chance de prospérer. Du point de vue d’un jeune en 2019, miser sur le business as usual - c’est-à-dire sur un monde à +4°C et sur la disparition de services écosystémiques nécessaires à notre vie - ne semble pas bien rentable, quels que soient les gains financiers de l’opération. C’est en quelque sorte un pari pascalien inversé : quoi que l’on gagne, ce que l’on perd...

journal

Bibliothèque et papiers de référence