flame

Les actualités

Livre « Géopolitique d’une planète déréglée »
De : Alain Grandjean

Catégories :
Couverture du livre Géopolitique d'une planète déréglée
20 Nov 2017

Jean-Michel Valantin fait entrer le climat et plus généralement la crise écologique dans la géopolitique,  (plus précisément la stratégie militaire) et inversement. Voici un extrait de la 4éme page de couverture : «  Un nouveau paysage géopolitique et stratégique émerge, marqué par la combinaison du changement climatique et de ses effets systémiques, telles les migrations de masse, la compétition mondiale pour les ressources et la crise des régimes contemporains. Où les politiques de Trump, de Poutine et de la Chine mènent-elles la planète ? Comment l’épuisement des océans alimente-t-il la piraterie maritime ? Comment le réchauffement de l’Arctique est-il exploité par certains intérêts tandis qu’il constitue une immense catastrophe pour des milliards d’humains ? Quelles régions ont-elles les meilleurs atouts pour traverser le XXIe siècle...

La chasse aux gaz à effet de serre en France, quelles priorités ?
De : Alain Grandjean

Source : Les Echos
16 Nov 2017

Les récentes déclarations de Nicolas Hulot reportant la date de réduction de la part du nucléaire au-delà de 2025, au moment de la COP23, ont conduit à des interventions créant la plus grande confusion sur le lien entre nucléaire et climat.  Ce court post a un seul but : rappeler quels sont les enjeux pour la France en matière de réduction des émissions des gaz à effet de serre (en se concentrant sur les émissions directes et donc sans tenir compte de ses émissions importées, issues de la fabrication des produits consommés en France qui croissent régulièrement).

Commençons par le panorama des GES en 2015, tel que le fait l’organisme habilité en la matière, le CITEPA.

 

[caption...

Les « vrais » coûts de l’énergie
De : Alain Grandjean

Hachepe press cartoons
14 Nov 2017

La lutte contre le changement climatique et la révolution énergétique qu’elle suppose vers des énergies bas-carbone, sont souvent présentées comme trop coûteuses. Le paradoxe est immense : nous savons que les conditions de vie sur la planète deviennent insupportables (c’est-à-dire en un sens bien trop coûteuses) pour beaucoup d’entre nous, et pourtant nous trouvons trop couteux (dans un autre sens) de ne pas continuer à alimenter le chaudron climatique.  Même si Nicholas Stern dans son rapport de 2006 a « démontré » que le coût de l’inaction était supérieur au coût de l’action, le doute est toujours dans les esprits. Le charbon (la source d’énergie la plus carbonée) n’est-il pas moins coûteux que les sources concurrentes ? S’en passer, une des mesures décisives pour gagner la bataille climatique, est considéré par beaucoup comme très...

Crise écologique : notre cerveau n’est pas programmé pour se la représenter !
De : Billet invité

.
13 Oct 2017

La petite histoire suivante montre à quel point le cerveau humain peine à entrevoir la spécificité de la croissance exponentielle. Le Grand Vizir Sissa ben Dahir, inventeur supposé du jeu d’échec, aurait répondu au roi indien Shirham qui lui demandait quelle récompense il souhaitait, : « Majesté, je serais heureux si vous m'offriez un grain de blé que je placerais sur la première case de l'échiquier, deux grains sur la deuxième case, quatre grains sur la troisième, huit grains sur la quatrième, et autant de grains de blé qu’il serait possible de poser en couvrant  ainsi de suite les soixante-quatre cases ».  Le roi a du sûrement penser :  « 1, 2, 4, 8, 16, 32… » , imaginant dans sa tête les 6 premières cases… Il répondit à son vizir inventeur «  Pas de problème ! Et c'est tout ce que tu souhaites Sissa, espèce d'idiot ? ».
Le roi...

CETA et élevage ou comment régresser de 20 ans en un jour !
De : Guy Grandjean

Illustration issue du blog Rouges-jardins.com
20 Sep 2017

Après des années de tractations menées dans d'obscurs bureaux, presque cachés, Europe a décidé de se suicider, en adoptant un traité de commerce signé avec le Canada. En plein jour. Entre autres absurdités, ce traité autorise l'importation en Europe de 60 000 tonnes de viande bovine canadienne sans taxation. De nombreux éleveurs français de bovins - lait et viande - sont parmi les seuls au monde à défendre un système essentiellement herbager, assurant une production de qualité. Ces éleveurs connaissent de grandes difficultés depuis plusieurs années. Les systèmes canadien et américain sont totalement différents, prisonniers d'une course au gigantisme, dont les conséquences pour la santé humaine ne sont pas minces. On dénombre 4 millions de "maladies alimentaires" par an au Canada, pays de 36 millions d'habitants. Ce n'est qu'un aspect du problème. Les...

journal

Bibliothèque et papiers de référence